Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 637
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0165
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DE LA VIE DE SCHENOUDI 6?7

». u^jupe eTTOJ<? uoeiu ^Trupju exfie UKepxi.ec nueTpip eTovtoTV. jw.ju.ooy cfcoX.
» neueuoT euue ncs^q oni juiitotc upip 1 ujoon ka. enejc» atto) k» ^
(-7V.fi-) gy imeca». uepjutec hijw eTomid.oTvo'Y gyt tjuhtc uneTpip n^gyrey ctc-
rrpip exou TJUHTe ôvDho eujcone neïJuou^cTHpiOU nicTew ermovTe

cu^jwoto ^u ujjs. eueg. ^ciyojne -^.e ou jun^TOTutoT uTeKuTVHciA i*. ncwTHp
OTrtOHO epoq ^quj^^e ujuw.»q ^e t<joottu m?ccop efioTV utctutc (sic) atio
kh,\kwt jujuoq gyi OTeïpmiH. nexe ujeuoTne u&.q «xe n^'xoeïc eiu»<yu

A*>.ô>.'Y' Ttou t^o efioTV. epoq TdwKOTq. neose ncioTHp u*.q -se Tocjomi ucfuoK
enju» nujuine eTcn n-2s»ve. ne-x^q u^q -se neTKUô^uTq 0^1 TegyH T^peu-xo
efioTv. eneuTonoc tipHTq uj^uTeuROTq n»a ne nTcouj uj»ut€kkojt irreu-
kTVhcwx r\t\ neKOTruiuj. SvqTcooTTit -^e ^qfccou enjui\ uujione eT£i n-x^se ^qp
TeTrujH THpc equjTVHTv »qet equH'y enecHT oi nTocy ^qffine ottkoti hacka-
Tvwu eyj^cp OTrepToui uujm. » ncooTHp -^.e cojp utchtc JunTonoc efioTv juu
neueuoT aoi» ujeuoTTe ^tco n-^oe ^ n<&.iK&.ioc ujeuotrTe tiouj nuepu^THc 2

juu neucoT (sic exit).

notre, père apa Schenoudi. Après cela, les boulangers qui font les pains mur-
murèrent à cause de la cendre qu'ils portaient au dehors. Notre père le sut,
il dit : « Il y a onze fours; mettez(-en) cinq d'un côté et mettez(-en) cinq de
l'autre côté; toute cendre qu'on ôtera des fours, jetez-la dans le four du milieu,
et, si je suis dans ce monastère, croyez en Dieu qu'il ne sera jamais rempli. »
Il arriva avant qu'on bâtît l'église, que le Sauveur lui apparut; il lui parla,
disant : « Lève-toi, étends le fondement5 et tu le bâtiras en paix. » Apa Sche-
noudi lui dit : « Mon Seigneur, où trouverai-jc de quoi dépenser, afin que je
bâtisse? » Le Sauveur lui dit : « Lève-toi, va dans ton habitation qui est dans
le désert scion ta coutume. » Il lui dit : « Ce que tu trouveras dans le chemin,
dépense-le pour ton endroit jusqu'à ce que tu l'aies bâti, car c'est l'ordre,
jusqu'à ce que tu aies bâti l'église selon ta volonté. » Mais il se leva, il alla
dans son habitation au désert; ayant passé toute la nuit en prières1, il alla
descendant de la montagne, il trouva une petite cassette 5 ayant un empan de
long. Le Seigneur étendit le fondement avec notre père apa Schenoudi, et ainsi
le juste apa Schenoudi donna l'ordre aux ouvriers et aux maçons (sic exit).

i. Lisez : AMrroTe upip. - _>. Lisez : imepp*.THC. — 3. Je suis persuadé qu'il y a ici une allusion à
la coutume égyptienne de marquer par un petit sillon de sable les limites de l'édifice qu'on veut bâtir.
— 4. Mot à mot : Priant. — 5. C'est ainsi qu'il faut traduire le nom fc.CK*.Alon que je n'ai pas compris
dans la Vie publiée en tête de ce volume.
loading ...