Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 640
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0168
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
640

E. AMÉLINEAU

•sooc gen ueqTV.cococ2 "se oiren oii&.'xi ujine «u^open t^^mad< uiajl eiTe ^oott
eiTe chiite:. Tec^ïime -^.e «peui h^ht ^c£>ujk ^ct^ttc enujxose enecg^i ecpiuie ose
ta.ï Te et HT^qujJvxe ïiaajui^i ii^i neT-xi^Kcmiei '. neco^i -^.e »,qep ujnHpe kt-
uiiiT^Tiyine jutnpcouie ctajua^y nAmi £ïtk e^e UTôvqgO'xge's (^i)th nÊiôvCivuoc
eTOTreipe ixtxo- (-7V.H-) oy î\^q uuHHne ne-sô^q HTeqcoïjute ose eic ^hhtc Tep-
n^'Y epoï itoe eTOTr^cs^e-îs juumoi &iok tiee nT^q^ooc ne ^pic juLioncmi 1 jut^p-
ottkx^t e&oTVgu tci^h^ckh. Tec^ïAte *xe ^cqei^^Tc egjpaa eTixe avcpixt.e «vc^uj
jkooju. ecsco âjlmjloc ose nnoifre iitok cth^'y en^^i h s'ente, ^tio à. Tccgume ntoT
ujôw nT*/\^mcopoc eTjuiAiev'y ne^^c it^q ^«.o-y uee eTeKOTr^ujc i^pjc jjt^poTKe
n^ojvi efio"\. nefiiHtt ctaauiô.'Y efioA^se ^ nc^Tèat&c julco iieq.i*e'\oc THpo*y
^qosooK efto?V. itT^itoiAià. e^qcyXdw tiTjuutTuj^'y «Tecoixie gcoc ecou Te^a*.^-
?V.ioci^ 5 avTio ivqno)T ujx n^p^unt j^qT^TO epoq itT^itOKpHCïc6 JumgWo jkirw

iiTeTncy jmne n^p^con ^w^i^nTe7 Js.qKJ*. npcojute ef>o\ eq..........

[sic exit).

leurs yeux les femmes avec un regard de désir8. Vraiment notre père saint a
dit bellement dans ses discours : « Il y en a un grand nombre qui rougiront
devant tous les ordres9, soit hommes, soit femmes. » Mais la femme sage,
elle alla, elle annonça à son mari, disant : « Voici ce que m'a dit le serviteur. »
Mais son mari s'étonna de l'impudence de cet homme; mais par la manière
dont il était angoissé par les tourments qu'on lui faisait (subir) chaque jour,
il dit à sa femme : « Voici que tu vois comme l'on m'angoisse ; va, de la manière
qu'il t'a dite, fais-la; seulement qu'on me relâche de cette nécessité10. » Mais
la femme leva les yeux au ciel, elle pleura, elle gémit, disant : « O Dieu, c'est
toi qui vois la violence (qu'on) me (fait)! » Et la femme courut vers ce mal-
heureux, elle lui dit : « Viens, fais ainsi qu'il te plaît (et) qu'on relâche mon
mari. » Ce malheureux, parce que Satan avait rempli tous ses membres, ac-
complit son iniquité et ravit la pudeur de la femme comme si elle eût été en
esclavage; puis, il courut vers le magistrat, il lui annonça la réponse du vieil-
lard; et, sur l'heure, le magistrat ne contredit point, il relâcha l'homme.....

[sic exit).

i. Lisez : tipeqeni^TAxei. — 2. Lisez : iieqAoooc. — 3. Lisez: neTOki&KOiiei. — 4. Lisez : Aïoitort.
— 5. Lisez : t^i^aa^àwciô.. — 6. Lisez : rtT*.noKpicic. — 7. Lisez : *.ivriÀece. — 8. Mot à mot : Avec
un œil qui désire. — 9. C'est-à-dire : Les Anges rangés en neuf ordres. — 10. C'est-à-dire : De ma
malheureuse position.
loading ...