Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 642
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0170
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
642

E. AMÉLINEAU

£€ti OT^enH enjuLa. eTepe npeq^i n^onc n^HTq ^q"<V Rotujc m^ô^c eooTm ou
neqgo is.qdv.o.ôvO Te **.n£ico itTeqj^ne a>.qcTpa«. «.«.oq £en TenTVd/nis. ïiTnoTVic ujd.ii-
Teqei e (sic exit).

vii

(-jul€-) &o7\. e-su neiepo d.q'xiTq enecHT enjULOO'y a.qooju.c MJUuuL&q ^ttoj unoy-
rotcy eiii^Y epoq «jiv e^pda enoo-y ngoo'y. n**.HHUje "xe THpq js.-yu>uj eftoTV. eir^;
€00*y jumnoTTe exu ncstï R&&. ji*.n£e7v.7V.HH «^cefmc eTJUuuuvY e*. nujô.'xe eTCH£
•xior e&oTv. cxojq "se epe niAO-y ei egjpaa e-sioo-y AJt^po"y£su>K eevJumTe eiron^.
d.T'sooc oh *xe gA*. neiroeittj ïitjs. ojftpa.K7V.ioc iiT&.p^h neH&^eic ne ott-
pioxue ne eqep £OTe £HTq jutniiOTTe js.u*u> neq&HR ep&.Tq AJinenpo^iHTHc eTOTô^ft
a^n». ujenoTTe nga».£ ticon eqconc juuu.oq eTpequjTVHTV. e^coq nre nxoeic coTTamq
gejui neTep a.na>.q a.cujtone -xe noTcon eTpe nfcà.pfta.poc na. no-yf>&. jun n&a.Tveoju.o'Y
êcok eo^HT a/yxi (-AAC-) «OTnoTVic eTotroiiiu eep no7v.eju.oc ax\\ ne^pHCTsauioc
eqÊiHR -*.e enno7v.eju.oc n&i n^oir?. gHpa.R7V.ioc a>.qef çya. nenenoT eTOTa.a.fe a.na.

lieu ; il s'approcha en hâte du lieu où était celui qui faisait violence, il lui donna
un soufflet au visage, il le saisit par les cheveux de la tête, il le traîna2 dans la
place de la ville jusqu'à ce qu'il fût arrivé (sic exit).

vii

. . . sur le fleuve, il se jeta dans l'eau, il se noya avec lui et on ne l'a plus
revu jusqu'à ce jour. Mais toute la foule s'écria, rendant gloire à Dieu sur la
punition de cet Hellène impie, la parole écrite s'étant accomplie sur lui : « La
mort étant venue sur eux, qu'ils descendent vivants dans l'Amenti. » On dit
aussi que, dans le temps où Héraclius prit le commandement de la Thébaïdc,
— c'était un homme craignant Dieu, et il allait vers le prophète saint apa
Schenoudiune foule de fois, le priant de prier pour lui afin que Dieu le dirigeât
dans ce qui lui plaît, — il arriva une fois que les barbares, ceux de Nubie et
les Blemmyes vinrent au Nord, ils prirent une ville, désirant faire la guerre
aux chrétiens. Or, le duc Héraclius, allant faire la guerre, vint vers notre père

t. Lisez : ne^picTio-tioc. — 2. Je considère le mot cyp*. comme un doublet de ctA^.
loading ...