Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 643
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0171
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DE LA VIE DE SCHENOUDl

64?

ujeiTOirre a^qoenctonq eTpequjTVHTV.1 esoaq mtw ^qndkpôvK^'\ei juuuujq eTpeq-
ta^ulio it^q wo-TCT^Tpoc îiuje çm neq^is juuu.m ju.4j.0q \ir(o1 ^qTpeirroKq e-y-
kowtoc 2 wuje js.qK*^q eqgi oh Jit.*jLoq eqfmK enno"\eju.oc ^irio ^qn^Tdvcce nite-
fi^pfi^poc ctajuu^'Y £u OTtioa" n?V."Tii€i5 £u>ctc nceuj^se enno?V.e*Aoc eTejuiuL^'Y
ujô^ eojp^i enoo-y ngoo'Y €&o\ se jume <3"oTnc iiTeïge t^oo-y "2" m& nsoTr^.
*"PX.ei e^H&^eïc. ^qep juteriTpe se on utî! nsoT^. gH- (-ait-) pjvK*\ïoc ose KTepei-
êcok egovit oen tuhte nuefiôvpfi&poc is.ma.'Y eTpcoute4 noToem eqeme AJtnew-
eicoT ôwn^ ujenoTTe ^ttco j^qçjuific efio'A. es toi itTeqcTo?Vn noiroein doqou>Êc A*.n^-
ciojuiô. une A^^'y AAneoocY ujume jjiajioi. ^iru) trrepeqsi itTe&iKTtopiJs. > gn
OTeocy d>.qeme miescopon îiT^n^p^ÇH mteujooA ep^Tq «.nsoeic ô^Tto <Kqgo.Ai.o-
Xocei nTcoiTHpiA. jmnespo se itTis.cuju)ne eftoTVoiTeju. nnoirre *xew ueujTVHA
juxieneiioT eTOTr^&ii «jenoTTe. ;s.tsooc n&\ rueioTe juhouô.(^oc)6 n*vi itTè^vp)
^ge eriK^ipoc a*.ne«eioi>t dwn^ ujeîioTrre (-a*.h-) se rte otth OTuioire c& ne^jmettT
itTTnoTVic 7 ujuim eTts. cecioc nge\?V.Hïi Te epe &xx&o»x hçjhtc8 {s.tt(jo negovo
nnHpn eujxirge epoo-y g« Tsmoy eTeuiAAdv'Y ueiu^Tep geju.s gi 7V.o>julc......

saint apa Schenoudi, il le supplia de prier pour lui et il l'exhorta à lui faire une
croix de bois de ses propres mains, et il la fit fixer à un pieu de bois, il la plaça
en avant de lui, comme il allait à la guerre, et il tailla en pièces ces barbares
dans un grand désastre, de sorte qu'on dit de cette guerre jusqu'à ce jour
qu'une pareille défaite ne s'est point abattue sur eux9 depuis que le duc com-
mandait en Thébaïde. Et aussi le duc Héraclius a rendu ce témoignage, disant :
« Lorsque je suis entré au milieu des barbares, j'ai vu un homme lumineux
qui ressemblait à notre père apa Schenoudi, et il me couvrit de sa stole lumi-
neuse, il couvrit mon corps, et rien de mal ne m'est arrivé. » Et lorsqu'il eut
été victorieux avec gloire, il apporta les présents des prémices des dépouilles
au Seigneur et il confessa que le salut de la victoire était venu par l'entremise
de Dieu et des prières de notre père saint apa Schenoudi. Les pères moines
qui ont vécu au temps de notre père apa Schenoudi disent qu'il y avait une île
à l'ouest de la ville de Schmin, sur laquelle Gésius le païen avait puissance
comme à lui appartenant, et le surplus des vins qui se trouvaient dans cette île

1. M. Bouriant a : eTpe ujAhA. — 2- Eisez : eomioivroc. — 3. Lisez : «Atith. — 4. Lisez : eov-
pcjiie. — 5. Lisez : ÊiKTopi^, c'est le mot Victoria. — 6. Lisez : iieicrre juljulouô.^oc. — 7. Lisez :
irmoÀic. — 8. Je regarde ce passage comme tout à fait incorrect. — g. Mot à mot : Ne les a point pris.

81
loading ...