Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 646
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0174
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Ô4Ô

E. AMÉLINEAU

ntiOTTe Tioomi iiTe neq-x^xe ^ooiope efioÀ ncentoT jmneqAtTo e&o\ n&\ îict-
aaoc(t€ Aijxioq Ai^poTTw^eii née nuj^pe otk^nnoe uvxn née non-At.oTr'iVg
eujdvq&co"\. efioA n^gpeA*. nKoogT aa^poirge e&o\ nTeige navgpeA*. ngo a*.nnoT-
Te. n^^uLAocmion 1 'à.e AAneqeujqi epoq eqcioTeAA enuji^e n^nà. ujeno-yTe a.'W^
^qa^p^ei nsw noen uj^-xe (sic exit).

ix

Atomion2 *2se miok neTOTegcà.gne 3 nis.k gA*. npaai nie ne^çc Ain
neqô.cce'Xoc eTovô^fï *2se à.ajo'Y e&o"\geAA neiTovcoT gen Tegm htntotwh
aiaioc hikK. no^iAt-omon <^e AAneqoircjùuj eei efio'a. ô.7V.7V.^ neqju.Hn e&oÀ eq-xio
aiaioc -se 00 ujenoTTe aouv^ujpei n^n AAnpncxT efto"\geA*. n;s.Hj e&o'ÎVxe ^iffine
ahi^aa;*. neAvron ngHTq. e^nà. tyenoTTe ^qpoogT x«.neTOTj-oc»T xt.nAJ.eg eon
cii^-y ivirui nTeirncy a^qujcone nnoogT eqpcong ncis. nà.^ïA*.omon ^q-xi ujk^k efioA
•se to ujenoTTe ntAon^^oc eic gHHTe ■^■nH'y eftoTV -se OTrnos" Te T&dkCdaioc cti-
ujoon4 ngHTc. ^Toi nTemiO'Y ^qei efioX née nora^nnoc aaïi OTrujoesjo (-n*^-)

chanta, disant un psaume de cette manière : « Que le Seigneur se lève afin
que ses ennemis soient dissipés, que ceux qui le haïssent s'enfuient de sa face;
qu'ils cessent comme cesse la cire qui se fond devant le feu, qu'ils tombent
ainsi devant le visage de Dieu. » Mais le démon ne put supporter d'entendre
les paroles d'apa Schenoudi; il commença de dire des paroles (sic exit).

ix

... au démon : « C'est moi qui t'ordonne au nom de Jésus le Christ et de
ses anges saints et qui te dis5 : Sors de cette statue par le chemin qu'on t'a ou-
vert. » Et le démon ne voulut point sortir, mais il demeurait, disant : « O Sche-
noudi, retire-toi, ne me chasse pas de ma maison, car j'y ai trouvé mon lieu
de repos. » Apa Schenoudi frappa la statue une seconde fois, et sur-le-champ,
elle devint un feu brûlant le démon; il s'écria, disant : « O Schenoudi le moine,
voici que je sors, car c'est un grand tourment que celui où je suis! » Et sur
l'heure, il sortit comme une fumée et comme une poussière, il devint comme

i. Lisez : ira^JAioiuoit. — 2. Lisez : (•^is.jj.M.oitjoH. — 3. Lisez : ne £TOTegc*.^iie. — 4. Lisez :
cfujoon. — S- Mot à mot : (Te) disant.
loading ...