Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 648
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0176
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
648

E. AMÉLINEAU

ne». tk^t^ph oà-p aaovq^ noem efeo'Xgjui neait-cy «.n^oeic ujevit nec&oan e^paa
ujjs. TiuteXtoT j^tco nceooi&ec umpo. nTocy *xe is.TrTa>.a*e ima». ujenoTTe
•se eïcg^HHTe ^noircon JULnnjdwUjT a/5"0i> umenenjoTum jutnpo. a<naw ujenoTTe «xe
js.qneTe& poiq ncui&e ne-xà-q "se »pH*Y «.nixoiy j^n ne eTpenqi uinpooTty nnei-
juiHHuje ju-neoy. ^ttco neqcooim ju.nenT2s.quj(jone ^qTOooim xq&u>k ne^^q nne-
«tH'y ose a*.»penuj?V.H'\ nTenoirion Atnpo nTeiteme eÊioX ai- (-qc-) necAioy
xtn-soejc eujtone eqnj;Mvreju.pcottje epon nTenn^oircon îmeut^. ^nes. ujenoTTe
<*.e ^qccÇp^cn^e **npo £en Teq^i'x eq-soi a*.aaoc *s;e na^soeic ic .i4.is.pe neipo
oTcon utneKOTre^ c&.£ne ô».tco KTeTKo'y ^ npo oTcon mo* 1 ncutoy* noem ei
eÊ>o"\£ejL*. npo atw oTiiotf nc^ novqe ^qujoTujo'y e&oTV-geA*. na&t*. eTajuju^y
oj*.nTeqiLi.e^ oeneeTe THpc. a>.njs. ujenoirTe **.e aoqnxoTq cxjul neqgo eq^- eocy
unwoTTe smn necnH-y THpo«Y eT&e uuu.eitTn» UT^q^^y nngHne ^voo ^-yep coo-y
neÊOT eTqi a*.npooTUj ne niuio.on»^oc a*en otoh nuui eum-y ujd.poo'y eT-xià.-
noneï epooy THpoy %n noem nT^-rei efeo^ge**. npo A*.nA.TOTrnjT»juL a*.npo. nnxis.
■xe eTiu.xi.ô.'Y neTAAOTTTe epoq ose na.go iLinecAio-y ujev €£.....(sic exit).

bénédiction du Seigneur depuis l'entrée jusqu'à la voûte, et ils couvraient la
porte. Mais eux, ils allèrent, ils informèrent apa Schenoudi, disant : « Voici
que nous avons ouvert la serrure et nous n'avons pu ouvrir la porte. » Apa
Schenoudi sourit, il dit : « Peut-être n'est-ce pas l'ordre de Dieu que nous
prenions souci de ces multitudes aujourd'hui? » Et il savait ce qui était arrivé;
il se leva, il alla, il dit aux frères : « Prions afin que nous ouvrions la porte,
que nous emportions la bénédiction du Seigneur; si elle ne nous suffit pas,
nous ouvrirons un autre endroit. » Mais apa Schenoudi signa la porte de sa
main, disant : « Mon Seigneur Jésus, que cette porte s'ouvre à ton comman-
dement. » Et sur l'heure, la porte s'ouvrit, une grande bénédiction de pains
sortit de la porte, et un grand parfum se répandit hors de tout le lieu, jusqu'à
ce qu'il eût rempli tout le couvent. Mais apa Schenoudi se prosterna sur son
visage, donnant gloire au Seigneur avec tous les frères à cause des charités
qu'il avait faites aux pauvres, et ils passèrent six mois, prenant souci des
moines et de quiconque venait vers eux, leur servant à tous des pains qui leur
étaient venus de la porte, avant qu'ils n'eussent ouvert la porte. Mais ce lieu,
ils l'appelaient le trésor de bénédiction, jusqu'à ce jour (sic exit).

1. Lisez : 0. ovnotf.
loading ...