Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 655
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0183
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DE L'A VIE DË JEAN DE LYC0P0L1S

655

ivqei efio?V.ç>\tax nppo nâJtô^^ïCTtop un neeTp^TeivjuL&. aaaaxtoï ctouj

ïua.t€ cyoTiy1 e-2£(x>K efioX trme'XeiFCïc a*.nppo. ôwTTCO dorujuine g**. nTpeirei
e£p<\i tKHUf ^qoTimig e&oX enxi^u^pioe iwomihhc n3i ot&weXoc inf
nsoeic nes^q »es.q se tttû&mtftc coirumT se ^wr1 hiu aaiOR ne n^cceAoc
UT^.rjo7T(oii^ (-pe-) epoK çjn nsA.ïe eTOT&^Ê js.isooc uôvK exe Tcocnm noAtooiye
epHC ens^\e iiciooitt TennoAic se cn^p IXIP1^ 1,akK **-ttïlca; OTTKom. Tenoy
ffe w kjo^^hhhc a*nepnes ngiofe £ï n^ocy «uok se une ot^meoc; tj^ko
jum ot^cefmc £i oTcon. eic oHHre c*&.p èT&e îiôwTes.aià. itueTOTH^ cm TnOiVic
à. nppo soo-y eT^noc ^irio Teque'XeTfcïc UH-y ejum cock. eic çmHTe sas'e'Xn

nunrcTHpion epou ^pHiiH 1 h^k. ^cujoone se u«\ic\ on kotti ngocy ^ noirco
Tis.ge nenpoToc '• xiTno'Xic xi\\ nenpoT^jutoc «Tno"\ic eic nppo i^qsooy
€Tô.Ke TncuVic. ^TrujTopTp e.«.is.Te n^e nniu\^Rf UTeTtt&AASce ^irKinsineve 6
mtd) ^irosoi>ne\7 ejm^Te «.noir^UTc se evn^p oy otsp emi^nooT crum e&o-
fieei epocy. a< goine efto'A.nçmTO'y si n^-y hottwk «çjht (-pc-) ^ireï eop^i
eTepHAjioc uj*w nneTOT^ivÊ *AnpoqjHTHc ^nes. icoo^niiHc ^-yn^gTO-y n^q. htc-

qu'il eut reçu la lettre apocrisiaire, le magistrien prit congé du roi avec son
armée de soldats nombreux grandement, désirant accomplir l'ordre du roi.
Et il arriva qu'à leur montée en Egypte, un ange du Seigneur apparut au
bienheureux Jean et lui dit : « Jean, connais qui je suis. Je suis l'ange qui
t'est apparu dans le désert saint et qui t'a dit : Lève-toi, marche au Midi vers
le désert de Siout, ta ville, car elle aura besoin de toi dans quelque temps.
Maintenant donc, ô Jean, ne jette pas la chose en arrière de toi, afin que le
juste ne soit pas perdu en même temps que l'impie. Car voici qu'à cause des
séditions de ceux qui habitent en cette ville, le roi a envoyé pour la ruiner, et
son ordre te parviendra sans retard. Voici que je t'ai révélé le mystère. La
paix soit avec toi. » Et il arriva qu'après quelques jours, la nouvelle parvint
aux premiers (citoyens) de la ville et à ceux qui étaient les plus élevés de la
ville : « Voici que le roi a envoyé pour ruiner la ville. » Us furent troublés
grandement, à la manière des douleurs de celles qui vont enfanter, ils furent
en danger et ils subirent de grandes douleurs sans trouver ce que faire ni
où courir pour avoir du secours. Quelques-uns d'entre eux prirent confiance,
ils allèrent au désert vers le saint prophète apa Jean, ils se prosternèrent devant

j. Lisez : ciro-yioig. — 2. Lisez : ^peiJy. — 3. Lisez : ott'^jkajoc. — 4. Lisez : TeipHnH. — 5. Lisez :
nenpurroc. — 6. Lisez :. ivTFKin-à.imeis-e. — 7. Lisez": w^mei.
loading ...