Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 656
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0184
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
E. AMÉL1NKAU

pequà.'y '\e epoo'y ne'x^q -ne n^ujHpe mnpp gOTe. nexdv'y n^q nen-

•soeic hcïcùt ct£ic cy hthh^p ootc fic^HHTf d^qntoç epou \\&\ xvx.i itfiis.
HTno"\ïc née iitj> nneTova^fc e^eKi^c -îsooc ^too mai "X^^-y aaaaou n&.07r<x&.i.
ne*x^q -*.e vtav*y n^i nneTOTrs^ft *2se nicTeve kaa oo H*vUjHpe *xe ax\\ ott&io
wottcot ii^voe €feo*\gii Td.ne n'Xevô.'y juuutonn ^ju. nm^y np^cTe njm^-

«^icTcop vtH'y axn ifiOT^ aaïi n^H^e«.coK jvtrco cett&.ei cgp&.i eneum^ jn^pe
neK^Hpoc THpq uthoAic utn u^p^con osi AAneTra^^eAion eTOir&\Si junciOTHp

AAH IieCTpOC JUUt Ite^HAAi^THpiCm 1 UTeTttflCOK e&0*\ g^HTOy UTeTltllTOY e^OTTtt

fTnoAïc £H oirq-AiH z xxn gîi ^tjuliioc oiriyHpe ne »op&Oi.o^oc (~p^-)
iiTeTjt,2£iTq egomi eT€kr?V.Hcïô< nujopn ktctu^ iiTOit n*.q ufdaiTeqei ujxpcm
j^too sulw \&&y Mxne&ooy ttivTôvoe otô». juuuuoTit. îtTOcy nTepoTccoTiut eîiaa
js.tt€i efioXgiTOOTq cyp^uje. xtneqp^cTe -^e ctc nc^fs&^Ton ne eqn<vei eooTm
€Tno?V.ïc h^i nxt-^^ïCTcap jmnppo ^Tccooirg n^i neKTVHpoc xtw w^p^çuiit ôvTsi
uxim^'y jiineT^^c'eTVïon axn necrpc ^trco ne»HJuu^THpion} ^tci e&o?V.g_HTq
çii othoiî no-ye ^mJ/^Tv'Xei Teqge uj^nTOTenTq egoim CTnoAïc ctt^to
epoq ïttttTTOOiif eneq^ioiA*.». eT-xco juljuloc <xe ^pHUH 1 \\t£r&\ nc\ egovii

lui. Lorsqu'il les eut vus, il leur dit : « Mes enfants, ne craignez point. » Ils lui
dirent : « Notre maître et père, pourquoi ne craindrions-nous pas? Voici que
nous a atteints la punition de la ville, comme a dit le saint Ezéchias, et per-
sonne ne nous en sauvera. » Le saint leur dit : « Croyez-moi, 6 mes enfants,
car un seul cheveu ne tombera de la tête de personne parmi vous; mais à
l'heure où le magistrien, le duc et le gouverneur viendront, et ils viendront
vers moi en ce lieu, que tout le clergé de la ville, avec les magistrats, prennent
l'Evangile saint du Sauveur, les croix et les encensoirs, allez au-devant d'eux
pour les introduire dans la ville avec honneur (au chant) des hymnes, car c'est
un fils orthodoxe; menez-le d'abord à l'église, donnez-lui repos jusqu'à ce
qu'il vienne vers nous, et rien de mal n'atteindra personne parmi vous. » Mais
eux, lorsqu'ils eurent entendu ces choses de lui, ils le quittèrent remplis de joie.
Le lendemain qui était un samedi, au moment où le magistrien du roi allait
entrer dans la ville, les clercs et les magistrats se réunirent, ils prirent avec eux
l'Evangile, les croix et les encensoirs, ils sortirent au-devant de lui à une grande
distance, ils chantèrent des psaumes en avant de lui jusqu'à ce qu'ils l'eussent
conduit à la ville, proférant ce qui convenait à sa dignité, disant : « La paix

t. Lisez : -eirAJLi*.ULJvTHpiott. — 2. Lisez : tvriAiH. — 3. Lisez : «•-s\ju.ia1ju.*,THpioii. — 4. Lisez : Tei-
pmtH.
loading ...