Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 657
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0185
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
657

^■pHUH' iiTfK^i uei efto'A. ^-pHtiH u^ju.oouje g*, renge -^pHUH; iia^ ottoj
gît ïicr^oo-y J^TO -se KdvTôv njvuj^i imjutKdkg erg**. njygHT iieKco'<\c"A. ne
m^ireir^p^ne KTiv\^rT>^h i^rco on -xe ^q^ocy hottciotc jL*.neq'<v^oc neqp;\n
oyjs.ix.fi jvfco oygoTe fie uni neAe^ic eTTOojjte (-pH-j epoq. «Tepeqei ^«
egomi e/moTUc nujopn a*eu à.vxïTq eTeKK'XHciô. mtw HTepequj'â.H?V. ôoqujme
uces. ïijn^Kis.pioc iu^hhhc •zie epe n ronoc juuiesieicoT Jt*.npocjjHTHc a.n;\ iiog^n-

HHC TUiil. ïlfK^HpOC '2k € gll OVllO^ lipiSUje ^TfCtOK g HTq JU.ll HCCTpOC Util

neTTdkP^cÀioH uj^iitod enrq egp&i ujà. ruu.ôvK^pioc loogaaiiiHc. mepeqgioïi •xe
egoyn enfïH& ujd>.rre ovkoti à.qfios'q gi^si neqTÊîiH ^qju.oouje ïineqovepHTe
eqju.oine noirjuiHHiye ucon ^e cjuio'Y epoi n^eiooT eTOT>^x& uj^iiTeqnoog en-
ujottuit iiqge eruuiôvii^pioc i(og&.unHc eqcooicm epoq tiTcqcTï'X e&OiV. epoq' gjui
nujOTUjT xe eqecju.O'Y epoq. UTepeqiidw'y *^e n&\6 rumviMCTOûp \\<3\ nncTOT^&l>
icogisiiiiHc ju.neq^ii^e 7 uqT^Te "Xd^-Y enôvnoKpHcscs epoq ti&&.ci3Viftoif ngcofi
îieniKïiVà.Hiion9 xATV*. ne-x^q n;s.q npoTeoc10 *2se mioTTe (-pe-) «ôv^^pi^e
jutnT^'A.fïo ju.neKU}Hpe ïiotiot oo n^ujHpe eT&e tckiiictic cth^uottc egoim

soit à ton entrée, la paix soit à ta sortie, la paix marchera devant toi, la paix
fleurira en tes jours; » et aussi : « En raison des douleurs qui étaient dans
mon cœur, tes consolations ont réjoui mon âme; » et aussi : « Il a envoyé le
salut à son peuple : son nom est saint et terrible, » avec les autres versets qui
lui convenaient. Lorsqu'il fut entré dans la ville, ils le conduisirent d'abord
à l'église, et, lorsqu'il eut prié, il s'informa du bienheureux Jean, disant : « Où
est le lieu de notre père le prophète apa Jean? » Le clergé, dans une grande
joie, le conduisit avec les croix et les évangiles, jusqu'à ce qu'ils l'eussent
fait monter vers le biernheureux Jean. Lorsqu'il se fut approché de la caverne,
à une petite distance, il sauta de dessus sa monture, il marcha à pied, disant
une multitude de fois : « Bénis-moi, mon père saint, » jusqu'à ce qu'il eût
atteint la fenêtre et qu'il eût trouvé le bienheureux Jean qui lui tendait la main
hors de la fenêtre afin de le bénir. Lorsque le saint Jean eut vu le magistrien,
il ne put supporter de lui parler des lettres apocrisiaires royales et des dan-
gers (que courait la ville), mais il lui dit d'abord : « Le Seigneur t'accordera
la guérison de ton enfant, ô mon fils, à cause de foi bonne en lui. » Sur l'heure

i. Lisez : TeipHUH. — 2. Lisez : TejpHnjH. — 5. Lisez : 'reipHitH. — 4. Lisez : eirt£p*.me. — 5. Effacez
ce mot, — 6. Lisez si au lieu de sufs. — 7. Lisez : «kivci^e. — 8. Lisez : en*.noKpicie. — 9. Lisez :
ensKiti^Tsnoii. — 10. Lisez : npumoc.
loading ...