Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 658
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0186
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
65»

epoq. nTeirncY nf^qcujTAA cn*vi mrooTq AAnneTOT^dvÊt nooMtnHc w&\ nu\-
KicTcop ne-xa^q na^q ose ^cujtaa ixeii ga». oh AAnocy gn navAAa^'xe Tency "M
t\ na^a^A na.'y. ;vqô>.p^ei n&\ nAïa^KicToop ut^tto AAnneT07ra^f> ngn t^eio
eq*2£CO aaaaoc ose ohtooc k^Aioc ^q*2£Ooc ïi^i nca*o îv^nocToAoc eq*su> aaaaoc

CT&hhtk AAil ïie^îlC ' AAAAOK lia*ï €TC AAnKOCAAOC eAAnOjav AAAAOOy *vïl Haaa..-

TO"f Civp ïlll^fliS.'A. '2£C J^TTeAJinUJèy ltîliv'Y CTTpUiAAe 2 eqOTTH£ «.il na^t^cAoC i^TfiJi

equja./xe juin nnoTTe gn oirxxe to na^euoT eTOT^*».fi utok ne ngH&c nncrfi
CTAAOTTg gAA nm juinno^Te naa nTa». neqoij-em ncog uja* h^t\h nupioo-Y htk
OTrnpocÇHTHc aJVHoujc jutnnoTTTe a/yto iitk oTmnavTocÇopoc (-p»-) AAAAaaio-TH\ 3
Myw nscTe-tre navi <jl> n^eioiT ngice THpcY nTaaujono*Y £aa nemoi? ifa.i^c-
thu\ avTujuine k-&j ncoAcA gAA nTpaata^'Y enengo aaaajvtc. nAAa.na>pioc
idJ^ntiHc ne^^q na>.q *2sie AAnpAA<s.K^pi^e noirpujAAe equjoon on gen nofie
eT€ mior ne a^Wa^. a.pi nAAeetre AAnenTd* nneToira.aJi tuj&it «xooq -xe qcAAà.-
AAô>.d>.T itfS'i n-2£oeic nnoTTTe eTong uja>. eneg ^irw TeqAAiiTppo cAAa.AAa^T se
nToc TeTAAôvCTnro'y 1 a>/yio ct^i enecHT eis.AAnTe a«.iroi nqeme on egpaa AtAAn
neTH^eigep &o*\ eneq^i-s. nT^q-se na*i -^e n^i nAAa.na.pioc HogavîinHc enei^H

où le magistrien entendit ces choses du saint Jean, il lui dit : « J'entends certes
de mes oreilles avant ce jour; mais maintenant mes yeux ont vu. » Le magis-
trien commença de louer le saint en disant : « Vraiment le maître Apôtre a
bien dit, en disant de toi et de ceux qui te ressemblent : Le monde n'est pas
digne d'eux! Bienheureux mes veux, car ils ont été dignes de voir un homme
qui habite avec les Anges et qui parle avec Dieu en vérité! O mon père saint,
tu es la lampe d'or qui brûle dans la maison de Dieu, celle dont la lumière
pénètre dans les cœurs des rois! Tu es vraiment un prophète de Dieu et un
pneumatophore Emmanuel5! Et crois-moi, mon père, toutes les souffrances
que j'ai endurées dans cette longue distance m'ont été une consolation, quand
j'ai vu seulement ton visage. » Mais le bienheureux Jean lui dit : «jNe traite pas
de bienheureux un homme qui est dans ces péchés, c'est-à-dire moi, mais pense
à ce que le saint Tobit a dit : Béni soit le Seigneur Dieu qui vit éternellement,
et que sa royauté soit bénie, car c'est elle qui châtie, qui fait descendre en enfer
et qui en fait remonter : personne ne pourra échapper à ses mains. » Lorsque

le bienheureux Jean eut dit ces choses, car le magistrien lui avait amené un

. i

i. Lisez : neT£i«e. — 2. Lisez : eoTpujJuie. — 3. Lisez : eAïAïa^itOTHA. — 4. Lisez ; Te &vxxi<.crsvoy.

— 5. Ce passage est assez peu orthodoxe, puisque le nom Emmanuel signifie Dieu avec nous. * ■'•
loading ...