Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 660
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0188
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
6ôo

E. AMÉLINEAU

neKCTp^TeTfA*.^ tm&iiu)k ujj*. nppo £ii OTeipHïiH ^qsh "X^^-y neq'X^h '. h^i
■à.e HTepeq'xoo'Y n^q a^q-xi ivoD-JUtocy èwquj'XH'X tgp^i cxioq t^TOi OTKcnri
imeg £ii tckkXhc^ ujhajl e.Tg^gTHq tm eujôvqcim^ue ii^htc ^qccÇp^rM^e
jLi.nujHpe ujhjul fnp^ti aaiiciiot nujHpe jmn neim^ eios-^ii >\tw ivreioc
gwc HTis. ottcotc ge e'SAi nerme*. n^K^o^pTon ^q-xi ujk&k e&o'X. gu oïiioiî

eai geti rteRTOuj oir^c u^-oth^ ô^h g h ïieKnepï^iopoc kj^t t^rn^eve2 «.Aïoq
evTVirnei5 iiTeqA*.*>.^«Y" MTepeqjutovw -xe e&o"\ n&\ nneTOT&ôw& &qu>uj eko<V gu
OTrnocy itgpoo'y ^qei efco?V ïigHTq ^tco ^q*\o nari (szc exit).

IV

(-TK7-) ^•nô.p^Kô.'Xei xiAtOK n^ujHpe eTpeKcg^i ti^i (ep*)TCj jumppo gcoc
tinju.p^K^'Xei Aijuioq se imecjT&Ke tïio?V.ic dwvco nqniogT efto?V. ngeri cncoq h&.t-
nok -xe qcH£ ose kco e&o?V. t^pcnrKU) khtk efioTV. itTeTncy à.qn^crrq \\&\ nutà.-
cicTpi^noc umneToir^^ê icogdwttnHc ncx^q n^q ose n^eîojT gco& ivïaa fTKH&-

avec ton armée, tu t'en iras en paix vers le roi sans dommage. » Quand il
eut dit ces choses, il prit de l'eau, il pria sur elle et sur un peu d'huile de la
petite église qui était auprès de lui, celle où il faisait la synaxe, il en signa
l'enfant au nom du Père, du Fils et du Saint-Ksprit. Et ainsi, comme si une
flamme fût tombée sur l'esprit impur, il s'écria d'une grande voix : « Qu'as-tu
à faire avec moi, ô Jean? Que veux-tu de moi, ô charpentier? Je ne suis pas
dans tes nomes et je n'habite pas dans tes environs. Laisse-moi le châtier pour
chagriner sa mère. » Lorsque le saint eut continué, il s'écria d'une grande
voix, il sortit de lui, et (l'enfant) cessa d'être malade [sic exit).

IV

« Je t'exhorte, mon fils, à écrire ces choses au roi, comme si je l'exhortais
à ne pas détruire la ville et à ne pas répandre le sang innocent, car il est écrit :
Pardonnez afin que l'on vous pardonne. » Sur l'heure, le magistrien se pros-
terna devant le saint Jean, il lui dit : « Mon père, tout ce que tu me diras, je

i. Lisez : nftA«JiH. — 2. Lisez : T*.n*.j-à.e"5,e. — 3. Lisez : coir<V"!rnH.
loading ...