Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 669
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0197
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DE LA VIE DE MANASSÉ 669

itT^cujconc ^ nppo e^oapi^e juuuloi Teno-y <±.e rteToireuj nov2ià.i HTeqvJj-r^H
nqTxiJvp«^ îitiïictic utnujHpe a*.miOTTe iut^peqTOT'xo tiTeqv|rir)£H juionou eic

tt. . . xhhôw'Y e....................................................

..................MXis.y ttetiT^cujume avtiha.'y iitô». n^n^^pic &u>k egoim

€TTAAONACTHpiCm gH&e TICCOTAl-OY '. H^pà. OTKOTI (Ai it^xiep^Te ^ItfîOiK eçm KPCav

e^np nuifiuj xxna npoooumiott îrr^HK^à.q eojp^i eT&e np runee-ye ami^cioit

ne^ocÇopoc ^n*. aa^ïi^cch n^i eTitxcoK e&o\ jumeqp nuieeTre ...........

................................................(-Ac-) n&toc «.nei-

tc\ioc 2 «Teit^oT. jumeoToeiuj 01m ïit^ nnoTTf uja/xe uut nn^Tpîis.p^Hc ^fipiv-
gdvjui imneqAo eqjmoTTe epoq ose ^fep^^^AX uj^htc nrap\ ! ju.nujN'xe otu>«£
e&oTV. ctc nTJk\o e^p^i sucô^k nequjHpe ne. is. rmoTTe ig^xe uxtiui^q xine^oo*Y

eTxxxxis.'Y se imetritAOïrTe epoK.......................................

............ no* ngeenoc îieqnoipuj e&o'A- «m ^pmsq unR*.^ uj*. d.pH'sq

^TeTîin».,y ttTis. nitoTTe jmepe nnes.Tpi^p^HC eT&e neqoircouj e^o?n epoq.
nein€Toir\\f! otïi HT^qAiepe ntiOTTe ôvqoT^o^q nccoq mfu> a. nnoTTe AtepiTq
ivqT^ïoq gn. ottiioiî ïit^ (sic exit).

ainsi qu'il est arrivé; le roi m'a exilé. Maintenant que celui qui désire le salut
de son âme ne renie pas la foi du Fils de Dieu, qu'il sauve son âme seule-
ment............................................................

..................ce qui était arrivé à l'heure où Pankharis entra dans le

monastère. C'était un deuil de l'entendre! Un peu plus, ô mes bien-aimés, nous
allions vers d'autres lieux, nous oubliions le sujet du discours que nous avons
institué pour faire souvenir de mon père théophore apa Manassé, celui dont

nous accomplissons le souvenir dans..................................

..................la vie de ce parfait de cette sorte. Autrefois donc, quand

Dieu parla au patriarche Abraham, il ne cessa point de l'appeler Abraham,
jusqu'à ce que l'épreuve du discours fût dévoilée, c'est-à-dire le sacrifice

d'Isaac son fils. Dieu lui dit en ce jour-là : « On ne t'appellera plus.........

.....................................une grande nation qui s'étendra

depuis la fin de la terre jusqu'à la fin. » Vous voyez que Dieu aimait le pa-
triarche Abraham à cause de sa (bonne) volonté pour lui. Ce saint donc qui a
aimé Dieu le suivit, et Dieu l'aima, il le glorifia d'une grande gloire (sic exit).

1. Lisez peut-être : ohê.c ne e.cojxxoy. — 2. Lisez : AineiTeÀeioc. — Lisez : uj«.me Tiieipa..
loading ...