Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 671
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0199
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DE LA VIE DE MANASSÉ

671

è».Kgjs.peg eimcTic Tency <3"e qKH îldwK egp*^ \\<3\ neKÀoxt. ht^ik^joctiih njs.i
eTepe rrxoeic ïi^Tiv^q ïijvk gjut negoccy errxx»x!s.y. einavTnTumi? emju. u> njveicoT
eTOTfi^fs îkiiik ju^n^ccH eiMATHTumt? eco<\.ojuLOi>n neuTô.qKCOT unHi juurxoeic
ôwKJutoone gn Tcojuje JUurniKon ^Kujtone n(e>^Kepa>.ioc gjm itêk^ht ^kotcouj
e&o'XgJU. noem nTne ^KeT^p^jne jlijulok (g^njujmi KTdk(itdk.&)&.ci&.. einjs.Tn-
Ttoïii? ei*wKU)£i neuTjs. nnoirre p njuiee-ye nneqgice cr&e TeqT&&o. emes.TnTumc1
eioocHçÇ nenTJv nnoiFTe ^ n*>.q siTe^pH ne (sic exit).

IV

(-n-e--) on nui*, ^etopei juuu.oq eqjuLOOTT. n&eicoT ^e isqcjuLO'Y epon ^e epe
nxoeic ^ tootthtttu ^quj*\h?V ôwqes.Hôv^cjopej eneqju.i>>. ^non •à.e nenp gu>ft epe
n-xoeic ujoon njuLJutjs.il ne. ^.cujtone -^e on jutnncôw neu ne oiron otrpiojute gn
neqep^THc Td^a». epe otiw\ sv&.dtijuonioit gnocx>q. nQk.i^&o'A.oc -*.e a.q-^- gTHq
epoq epe nenua.. nnoniiv t^\h'Y epoq ^qno-xq enecHT e^jm nue^g isqgiTe
jutjuioq. juliuicôv Renom as.qTcooTn ^q^ju^gTe ngen cone gn Teqffi'x jsqncoT
ncjs. nepcjvTHc THpcy eqne-x gpocY e&o*\ eqgpcxpe'x nneqo&ge eqcen gpoo"Y

as gardé la foi, maintenant la couronne de justice t'est réservée, celle que le
Seigneur te donnera en ce jour. A qui te comparerai-je, ô mon père saint apa
Manassé? Je te comparerai à Salomon qui a bâti le temple du Seigneur : tu as
cherché ta pâture dans le champ spirituel, tu as été intact dans ton cœur, tu as
désiré le pain du ciel, tu t'es réjoui sous l'arbre d'immortalité. Je te comparerai
à Jacob, des souffrances duquel le Seigneur se souvint à cause de son humilité.
Je te comparerai à Joseph, auquel le Seigneur a donné le diadème (sic exit).

IV

.....chacun le regardait mort. Mais mon père nous bénit, disant : « Que

le Seigneur vous donne aide! » Il pria, il se retira dans son lieu. Mais nous,
nous faisions notre travail, le Seigneur étant avec nous. Mais il arriva encore
après cela qu'il y avait un homme parmi les ouvriers possédé par hasard
du démon. Le diable le remarqua alors qu'il portait élevé sur lui l'instrument
au mortier, il le jeta à bas sur la terre, il le brisa. Après quelque temps, il se
leva, il prit des pierres dans sa main, il courut après tous les ouvriers, jetant
loading ...