Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 674
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0202
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
674

E. AMÉLINEAU

jULKHCà. itjvi ^nxJ/aJV.TV.ei Teqgn juin itecitHCY THpcy gn gen io-sh jmnniKon
Axn £en \)^^?V.juioc uj^nTtfxiTq e^OTn eiieit**.^ nujione Tripcy epe n^eiooT
eTOTA^fe aorA. juiis.n&.ccH jutoouje Teqçm epe TeqKOVi ngepfeuiT gn Teqari's
jumnc*. Tpeq (sic exit).

VI

(-oe-) ôvcigcone «se wofrcon £«. nuj*«. UTxenifÇj^m^ 1 ctc coy juinTotre nTUifee
ne &.kÊiu)k on <2te tm^cyn^cre. ne otk ovcgume2 "xe ça*, n^-jute eTJuio.js.'Y ecigtone
epe neccnoq 5 ga>.poc nujojutTe npojume ne is.cxo e&o?V. encà.em JutneTojoon ns>.c
THpq AjtnoTeig eepjsjieire julaaoc qjul itecujcone ne^ necc^p^. ujooTe ^itajl ne-
goiro «.nnjoone. TeTJUtAi.^'Y *se ^cTjsju.e necpoojute 'se «xit ep^Tq A*.nneToir*^&
jmtîs. uL^n^ccH es/roo ^geTVni'çe ennovTe ose eiaj^n'2ta>£ junu^Te enion nTeq-
ujthii nnoTTt h^D^a.pi^e h&.i junTis.TVtf'o efeoAo^iTooTq. necpwiute "xe ^tt^juioc
•se eic oHHTe qnH-y np^cTe nqcTniv^e &(jùk ttTen^pakKà.?V.ei Ajuuoq ^pH'y neq-
n^ itivT&go nequjAX e'xot) htc nnoTTe ^ç^prçe ne «nT\X^o. Tecgyuie -se ôvc^

Après cela, nous chantâmes des psaumes en avant de lui, avec tous les frères
dans des cantiques spirituels et des psaumes, jusqu'à ce que nous l'eussions
introduit dans toutes nos habitations, mon père saint apa Manassé marchant
devant lui, son petit bâton de palmier à la main. Ensuite, lorsque (sic exit).

VI

. . . Mais il arriva une fois dans la fête de l'Epiphanie, qui est le onzième
jour de Tôbe, que nous allâmes encore pour faire la synaxe. Il y avait dans
ce bourg une femme qui était malade d'un flux de sang4 depuis trois ans;
elle avait dépensé pour les médecins tout ce qu'elle possédait, ils n'avaient pu
la guérir de sa maladie et ses chairs s'étaient desséchées par l'excès de la ma-
ladie. Celle-là informa ses hommes, disant : « Conduisez-moi aux pieds du
saint apa Manassé, et j'ai espérance en Dieu que, si je touche seulement le
bord de sa tunique, Dieu m'accordera la guérison par son entremise. » Mais
ses hommes l'informèrent, disant : « Voici qu'il vient demain faire la synaxe;
va, prie-le, peut-être il aura pitié de toi5 et il priera pour toi afin que Dieu

i. Lisez : tiTe emcÇa-nei^. — 2. Ma copie porte ite ovit cgiAie. — 3. Ma copie porte necitocj. —
4. Mot à mot : Son sang était sans elle ces trois ans. — 5. Mot à mot : Sa pitié te prendra.

I
loading ...