Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 675
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0203
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DE LA VIE DE MANASSÉ 675

^thc enneTOTdv^fs eqA*.oouje ^cnoiT epaorq (-n-) a.c^^ep*.Tc junoTe aursi uji;<\h
efsoA ecsw a«.*jioc se n^eiooT eTOir^dvf» ^pi uc&.nH kcujAh'A. esn T^ju.HTe&iHn
upn^p^K^'A.ei umttoTTTe iiqTa/A.s'oi e&o<\ojm n^ujcoïte. îrroq se nneTOtrwfe
^ria^ AA^itivccH juineq^gep^Tq ooTVcoc c^ojujt itcioc neqA*.oouje ne £i em

AAxioii eqixe'A.eTA. cuotth^ uccoq eHAAeAeTA. ^oiiou uj^nTttfeooK eTeKK?V.Hci^.
Tec^AAe se îiTepecH^y •se jULneqoTCOiyfi iiis.c goAcoc £ïi Xjs.à.'y itujA.se
^thc enjji^ nTdvqoToo^ îvTeqoTepHTe nujco. iiTe-rnoy &.cnwT jvcsi mott-

iuhaa nuju> hta neqoTepHTe eTOTdvdvia otwo £\s(ji>q ^csiTq enecHi *.q-
Ajiopq eTCc^ne gu otstïictic ecsoi aaaaoc se nnoTTe uineisiKas.ioc efm&.^ç&.pi^e
«ai AAnra^tyo i^ro) ■^■n&.p oxig^TV nA.K AAnueceene Kitecocy THpoy un\wno.
^■p jmiiTpe ïtHTw (sicexit).

VII

(-qe--) uhctïAl ' TCTii^p Sio\ epcoq unqiiT eTe jmeqiiKOTK mtctud eAiniu^
THpTït (o n*\^oc AAJUtôvï ne^pc ectoTut eTecutH eTT^eiH'y se ^aahjtii uj^poi

l'accorde la guérison. » Mais la femme fît attention au saint qui marchait, elle
courut à lui, elle se tint debout au loin, elle s'écria, disant : « Mon père saint,
fais-moi la charité de prier sur ma pauvreté, afin que tu supplies Dieu de me
guérir de ma maladie. » Mais lui, le saint apa Manassé ne s'arrêta2 pas du tout
pour la regarder; mais il marcha en avant de nous, récitant (l'Ecriture), pen-
dant que nous le suivions récitant aussi (l'Ecriture), jusqu'à ce que nous fussions
entrés dans l'église. Mais la femme, lorsqu'elle vit qu'il ne lui répondait pas
du tout la moindre parole, elle observa le lieu où il avait posé son pied sur le
sable. Sur l'heure, elle courut, elle prit un peu du sable sur lequel ses pieds
saints s'étaient posés, elle l'emporta dans sa maison, elle l'attacha sur ses reins
avec foi, disant : « Dieu de ce juste, tu m'accorderas la guérison et je serai ta
servante le reste de tous les jours de ma vie. » Je vous témoigne [sic exit).

VII

... le jeûne, vous échapperez à la bouche du ver qui ne se repose point, afin
que vous deveniez tous dignes, ô peuple qui aimez le Christ, d'entendre cette

t. Lisez : nHcreia.. — 2. Mot a mot : Ne se tint pas debout seulement pour la regarder.
loading ...