Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 676
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0204
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
676

E. AMÉLINEAU

otoïi nui*. e-rnicreTre epoi ïiTeTHK'XHponojuiei ju.noong ujis. eneg cenoiTO gjs.ju.Hn.
esciycjone -^.e xinuc&. Tpe nemcKonoc t^tto nTeiKivOHCHcsc ' ^qT^iro imeir^H
js.qqi nTJs.nJs.qjopjs. âJtnn^Tpiis.p^HC jui^puoc ne-yjs.oceTV.icTHc es/rio neiooT jmne-
eponoc equjA.nX gn ot'^co'Xk e.ho'K ujôovre negocy £(on enesp^ce ju^th-
cTrn&crç Ju.n\à.oc Kceosi ju.necju.o*Y ju.nneTOTis.ivfi nce&iOK éhctthi. xirto aauvicô.
goo*^ cites/y is. nenicKonoc fiton eTeqno*\ic gn oireipHnH. ^cujoone -xe epe
nxesooT js.gep;\Tq equjTv.H'X juinn^-y unoiroem eqespe Htteqc-ynJs^ic ^ ndu*t*e-
*\oc *x- (-p-) nxoeic o?rcong nesq e&OiV. ne-xa^q iiisq ju^na^ccH ^pHnn2 n&.K
e&cv\giTJui nuoTTe jum neqa>.ciï,e'\oc k^Aioc nujoei-x jume^c nenTdvqjuuuje gjut
neciA^iott jumeq'xoeic Tency <3"e qKH n*vK egpiM \\<3\ neKÀoju. nT^iKJsïoeynH
n*vi eTepe nxoeic ndyTa^q hô>.k o^ju negocy eTjuuu.js.'y Teno'y ■xe etiujîsnToooTm
egTooTe eic AAHTe ju.n*>.p€»enoc HH'y ujes.poK egen e&oX ne gn TeiKonicom^
novcoT nTe ô.u*w n^gcojmo ujono-y epon îhtkoot iiA/y noTKomo&ion juk cnreK-
k^Hciis. ncKtoT juiiuioo'y gn eoTe jum-xoeic jum nnojmoc nneTOTr&aJà. naa ne
nujô^e iiTô.q'sooq h^k -sm nujopn ose jumepneos Aà.^'y equj&nes ujxpoK e&o*\

parole de gloire : « Venez vers moi, vous tous qui avez cru en moi, afin que
vous héritiez la vie éternelle. » Qu'il en soit ainsi : amen. Mais il arriva qu'a-
près que l'ëvêque eut prononcé cette catéchèse, il prononça les prières, il fit!
la liturgie selon le patriarche Marc, l'évangéliste et le père du trône4, priant
continuellement jusqu'à ce que le jour fût près de disparaître avant que nous
n'eussions fait la synaxe au peuple, afin qu'ils prissent la bénédiction du saint
et qu'ils s'en allassent dans leurs habitations. Et deux jours après, l'évêque
s'en alla dans sa ville en paix. Mais il arriva, comme mon père se tenait debout
priant à l'heure de la lumière, faisant ses synaxes, que l'Ange du Seigneur
lui apparut, lui dit : « Manassé, Manassé, la paix soit avec toi de la part de
Dieu et de ses Anges. C'est bien, ô athlète du Christ qui a combattu dans le
stade de son Seigneur! Maintenant donc t'est réservée la couronne de justice
que le Seigneur te donnera dans ce jour. Maintenant donc, lorsque tu te seras
levé au matin, voici dix vierges qui viendront à toi, elles sont d'une même com-
munauté d'apa Pakhômc; reçois-les, bâtis-leur un cœnobium avec une église,
édifie-les dans la crainte du Seigneur et les lois des saints. C'est la parole qu'il
t'a dite depuis le commencement : Ne rejette personne, si (quelqu'un) vient

i. Lisez : rrreiKèaH^xiHCJC. — 2. Lisez : TeipHriH. — 3. Mot à mot : Il prononça l'anaphore du pa-
triarche. — 4. C'est-à-dire celui qui s'y était assis le premier.
loading ...