Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 678
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0206
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
678

E. AMÉL1NEAU

^qTHîiooTTT cêoh^ci epon jum nenAesOc THpq. is/trio nTcs-no-y a.qp es-TOToong
eiio'a. n&\ ntK^ue'Xoc juuvxoic a. nnoTTTe eme egpist eoicoo'y iioTfititTfiXXf

*<Tp <yio& THpoy 'sm nKom ujes. nno& grrn neftpH<?e nniogT eT&cos'e egynnt
gn neTTÊô.X is7F<yojLt.<3'e.»jL eneicis. jum nesi junoTeume -xc ev&ooK eTocm ^tt-xj
ujk^k eftoTV. gn OTmoo' hcjuih cysco jmimoc nnoTTe ÊOHeei epon nt"^
noifoem enen&is'X ^trio Tegm eTnnfs.ju.ooiue ngHTc Tmiis-OTiog î\ti ctooth
eneuu.es. ujes. eneg. js.tuj neTpuue ne gn o-thos" npuue eTJsuj kjsk e&o"\ etr^co
jujuoc -se nnoirre junei-i.mis.ioc eTOT0.is.l2 eKiy^u^^pi^e itô.n junoiroejn Tmiis.-
feiùR nes.n e- (-puis-) Ten^topis. ^tho ivreige à. nneTOTd.js.12 is.nis. ju.isKd.ccH
ujAhA egpd.i ennoTTe gis-poo-y nTepoT^ nTeie^ojuto'\oçiHcic is. nnoTTe XAP1^
sia.'Y JunoToem njs.Trnes.'y eftoX a.TmoT gn othoiî ngoTe eftoA-xe nepe n^wf-
*\oc jutn-xoeic ^iookci ïiccocy fvTnoT'xe e£io?V. nne-ycoT&eq jujuiujc mi'xito'Y
egomi enjuonô.cTHpion js/yu> ceujoon juju*vem ujisgoirn enocy ngocY is.iru>
HTeige is. nnoirre no7Tg_ju jujuoïi giTn ïicuj'XhTV. junneTOTis.is& emucs-Te en-
geeiioc eTJU.jujs.'y ose jujs.ctikoc. t^^ç^ ne TeircTnHoiJs.1 Te eTiiHy junptouje
ncon eTdsi^ju.dv'XtoTi^e e&o'XgJu n^jue eTjujuis.'y enngooTfT jun negiojue eifsi

tes prières, il m'a envoyé pour te secourir, toi et tout ton peuple. » Et sur
l'heure, l'Ange du Seigneur disparut et Dieu amena sur eux une cécité : ils
devinrent tous faibles, depuis le petit jusqu'au grand, par les éclairs de feu qui
brillaient2 dans leurs yeux, ils tâtèrent de ce côté-ci et de celui-là, ne sachant où
ils allaient; ils s'écrièrent à grande voix, disant : « Dieu, secours-nous, donne
la lumière à nos yeux et la voie où nous marchons, nous ne la recommencerons
plus en ce lieu éternellement! » Et ils pleuraient de grandes larmes, s'écriant
(et) disant : « O Dieu de ce juste saint, si tu nous accordes la lumière, nous
retournerons en notre pays. » Et ainsi, le saint apa Manassé pria Dieu pour
eux, lorsqu'ils eurent fait cette confession; Dieu leur accorda la lumière, ils
virent, ils coururent avec une grande crainte, parce que l'Ange du Seigneur
les poursuivait, ils jetèrent leurs flèches de combat; nous les emportâmes 3
dans le monastère et elles sont un signe4 jusqu'à ce jour. Et c'est ainsi que
Dieu nous sauva par les prières du saint. On appelle cette nation Mastiques :
c'était leur coutume de venir assez souvent, de faire prisonniers dans ce bourg
les mâles et les femelles qu'ils emmenaient dans leur pays pour les vendre à

1. Lisez : TevciriiH-eei*.. — 2. Mot à mot : Qui sautaient dans leurs yeux. — 3. Mot à mot : Nous
les introduisîmes dans le monastère. — 4. C'est-à-dire : Comme une preuve.
loading ...