Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 679
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0207
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DE LA VIE DE MANASSÉ 679

AiLioo'y CTfT^iùp^ eir*^ jmaxooy eko\ entioTf^u pcoxie eTriytotOT ajl jmooy
cTotrcox! jutiAocy epe t^r^cop^ o^p gm\ egovtï ev^copa. eT.u.AJi&'y ctt^i es-y
a*r neTepH-y. (-pn&-) &>vu) ïrreige AtnotrKOTOY iinecon enjLia». eTstXÂXis.y £itr
ueujTVHA aafv^ik^ïoc .\ u «\ a*.^hxcch. cm^T^eiOK naoy Rge 10 n^iKdtioc rô^ta.
noy ut&&. ' ïineR^peTH. &AHe(oc ou nneTOT^ê ara judtitdtCCH iuvxice eajUK-ve
msuL îiptoju.f go"\ioe ReTn^ujoyyncuuuuH2 engice iiTivKujono'y *_iu rcracrhcic
flutHTei3 etrpcojuif4 epe oTc^p^ riùrc to giioioq. ^cujwne -^e or rottcor ReujAir-
toootr R£?i gome gR Rpoojute Aiiï^-jute eTsuuLX&.y eSio\'x.e gm nepnepoc ne ene-
gcnro eîrx&.'xto gn Teir&\ Riy^^e «oimoTri ô/t&uik e&o<V eneitoge junneTOTri^ii
■se eTR^qi ivxioirç gR RC*eRRHAjt^ «xiroi rtctrcy eToiraA'xcjOg 1 r epooy

goeme ugHTo*y uj^irp ge» kootc a. Re-yt?!"* tioc R^e rottoorc ats'io evcsi

ujra-r eko\ (sic exil).

des anthropophages qui les immolaient et les mangeaient, car leur pays était
proche de ce pays-là, ils achetaient, ils vendaient les uns avec les autres. Et
ainsi ils ne retournèrent plus une autre fois en cet endroit par les prières du
juste apa Manasse. Comment te glorifierai-je, ô juste, selon la dix-millième
partie de tes vertus? Vraiment, ô saint apa Manassé, tu t es exalté grande-
ment! Quel homme pourrait supporter les souffrances que tu as endurées5,
et tes ascèses, à moins que ce ne soit un homme revêtu d'une chair de pierre?
Mais il arriva une fois que quelques hommes de ce village se levèrent, car ils
étaient des méchants tant et plus, un peu âpres dans leur langage; ils sor-
tirent vers le champ du saint pour voler des plantes, et au moment même
où ils allaient les toucher seulement, quelques-uns d'entre eux devinrent
aveugles; d'autres, leurs mains devinrent rigides comme une pierre, ils de-
meurèrent criant (sic exit).

1. Le manuscrit a bien ces mots. — 2. Lisez : ne eTn.*>ujgimoju.eme. — 5. Lisez : eiJULHTJ. — 4. Li-
sez : eoTfpioAie. — 5. Mot à mot : Que tu as reçues.
loading ...