Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 692
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0220
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
6ç 2

E. AMÉLINEAU

nnenno&e. ïiôlI mjl\\ nemooire eneq-^ c&co juuiTVis.oc h^hïo^ ueTTJuie -^e utxioq
cnTK otou kijul -se nepe nequjô^e ujoon ^n OTKUipuj jumeiin^-y c^p epoq
eneg eq^onT nequjoon -2k.e gn omioc? ne-Mno cm taiiitc 1 née ncryujHpe ujhju..
(-pi«>.-) «eqno\'5"Tidk 2 -^.e KTeun^uj^oo'Y ^ ^uou £eu o_iKaavoc cô.p &.n eTpen-
niog enun HiieqK^Topoojmô.£p^ï "^e gn negocy eTAjtxs.ôi.'y *w7r^ujôa \\<3i ne-
ctiH'y necujoon na^ oirnoa' nipHUH4 aaïi ottkcoç^ egomi ennoifTe

^too gen Ke^cKHcic n^T^i Hne juixiocy ô^Tfoo otuj'Xh'X juin gen aicActh end,.-
ujioo'y jutn cnrçnja/n n&i's. juin ç^en ottujh npoe$c ^nà. jmooircHc -se nequ^-y
enevcnrpoT e^oTu eT^peTH née CTepe ncnr^ ncryôv koo^ eT^peTH eTÊe n&i
neqp^uje njuuuL&.'y' eqn^'Y eTevgimoAAonH. epuj^n otta. qsooc naoq ■se nôveicoT
neuj^q'xooc n^q se nenenoT THpn ne nnoiTTe mioh -2k.e THpn \tton gen cnH-y
f^p «.xiooTn nco£ ennji K.T.M.ttTenoT. neq^ c&oo novon nsut eneeiifiio
juin nTiiÊo xinctojui^ neujè.q'sooc n^n ng_a>.q_ ncon se TjuteAeTH iuin ngcofi
\i&i<x. u}d.uncoT nc^ n^^jjuionion ô.ttu) on neuj<\.h<V jutn totujh npoeic ne
nïMo jutncoixt.^ ne^Mno -se neuj^qpoeic ' engice ju.npoo.iAe nôvq oo npooute

nera nos péchés. » En ceci et en d'autres choses encore, il enseignait le peuple
et il était aimé de chacun, car sa parole était douce6; nous ne l'avons jamais
vu irrité, mais il était dans une grande humilité au milieu de nous comme un
petit enfant. Ses services, nous ne pouvons les dire, car nous ne sommes pas
capables de parvenir aux mesures de ses justices. Mais en ces jours les frères
se multiplièrent et ils jouissaient d'une grande paix et d'un grand zèle pour
Dieu, et (ils faisaient) d'autres ascèses innombrables, la prière et de nombreuses
récitations, le travail des mains et des nuits de veille, et apa Moïse voyait leur
allégresse vers la vertu, comme chacun était zélé pour la vertu ; c'est pourquoi
il se réjouissait avec eux voyant leur endurance. Si quelqu'un lui disait :
« Mon père, » il lui disait : « Notre père à tous, c'est Dieu; nous tous, nous
sommes des frères, car une foule d'entre vous êtes montés à la mesure de la
paternité7. » Il enseignait à chacun l'humilité et la pureté du corps; il nous
disait souventes fois : « La récitation et le travail des mains mettent en fuite
les démons, » et encore : « La prière et la nuit de veille sont la pureté du
corps; mais l'humilité garde les souffrances de l'homme pour lui ; ô homme

i. Lisez : •mJUHTe. — 2. Lisez : «eqnoAiTeiô.. — 3. Lisez : niteqii^Top^loAt*.. — 4. Lisez : «ei-
pHitH. — 5. Lisez : ne euj*.qpoeic. — 6. Mot à mot : Flatteuse. — 7. C'est-à-dire : Vous êtes assez
parfaits pour être appelés pères.
loading ...