Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 695
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0223
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DE LA VIE DE MOÏSE

eTÊe n;m cô^ooth efto'A AinemoïiHpoH •}£€ oirfeoTe ne jurmoTTe \tw oTÊoTe
ixnenï\ôw eTOTTd^fs. ^■gy>jL*.o"Aotiei ïihtu ^se k^h epujôvit npcojute itHCTCTre cïioif-
ciï&.'y ^toij ujcuulut ujcMuuiT h qToo'y qTOcy h coo-y cooy uqn^t^'A;vAei «c».
nergiTOircoq £oj& nuit, eqeipe ju.jl8.ocy ceu^cpoqpeq epp^i erm^£. eT&e n^i
^■conc jutAAori h eTJLrxepe neTng^ice efio'A npoojme t*^p eTRJs.TduVis.'Aei ottjul^to'y
uooq TCTg^ 1 «eqcnoTO'Y. née t^p HOTr&une eirjLs.o7rre epoc T&eoto'A ecuj^n-
noTT-xe egp^ï uo7mo<? rott*^ Rcgo'Aq eim^g. Tôkï te oe aarctr^.- (-pic-)
•iw'A^'Aet nc\ neqcou. npcûJLte on fiTMio ju.neqcto.tJW». o r 'A^vy jujulrt^r^-
et\p'ïOc xiutw'A.x.x'y iioHy R«\iyo>ni- »«\q îu-qui'Au'A ReqRHCTCwx ReqovujH
npoeic nçqoiUj neqjLie'AeT^ neqtTï r&gjr encuioTg neqgfunre THpo*y n«^ï-
RdkiocTiiH ceojHUf THpcy. à. neuenoT c^p d.n^ cenoiroioc cpe^j -se npiojLie
eTTdkKo ju.neqcu>a*.es. qcgovopT eqnHR encooovp qcgoiropT eqnH-y efio'AgjuL
ncuio«y qcgoiropT eqjLte'AeT^ encT-y'A'A.oc2 qcgoiropT eqvJr^VAeï çmoooq qc-
ooyopr eqoTtoujÊ eYjj-^'A'Aei qcg^oiropT eqÊHR egp^ï exju. ne-evcia>.CTHpiou
eTpeqsj ££lo\^sul ncoojmis. ju.ii necnoq juurxoejc qc^OTopT eqoTfco**. qc^o^ropT

l'homme cire solide; c'est pourquoi, chassez loin de vous ce mal, car c'est
l'abomination de Dieu et l'abomination du Saint-Esprit. Je vous annonce que,
quand môme l'homme jeûnerait deux jours par deux jours, ou trois par trois,
ou quatre par quatre, ou six par six, s'il calomnie son prochain, tout ce qu'il
fera tombera sur la terre. C'est pourquoi je vous prie de ne pas brûler votre
souffrance, car l'homme qui calomnie son prochain, c'est un venin de serpent
qui est sur sa langue; car, comme un palmier qui a nom celui qui laisse
tomber \ lorsqu'il a produit un grand (nombre de) fruits, il les laisse tomber à
terre, c'est la manière de celui qui calomnie son frère. L'homme qui ruine son
corps par quelque impureté ne retirera aucun profit: ses prières, ses jeûnes,
ses nuits de veille, ses lectures, ses récitations, ses entrées à la synaxe, toutes
ses œuvres de justice, tout est réduit à rien. Car notre père apa Schenoudi a
écrit: « L'homme qui ruine son corps est maudit lorsqu'il entre à la synaxe,
il est maudit lorsqu'il sort de la synaxe, il est maudit lorsqu'il médite à haute
voix sur la colonne, il est maudit lorsqu'il chante des psaumes sur elle, il est
maudit lorsqu'il monte à l'autel pour recevoir le corps et le sang du Seigneur,

i. Usez : -re eTg*.. — 2. Lisez : encT-5~<Voc. — j. Cette traduction n'est que conjecturale et faite d'a-
près l'expression grecque accompagnant ce mot dans une scala.
loading ...