Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 696
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0224
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
696

E. AMÉLINEAU

eqcto neTpoeic gooioq eneqccoA*.^ qcAt-^ut^^T ngHTO'y THpo-y- poeic epcoTn
enno&e iiTc^p^ t^TOi jujuieeTe n^dj^xi eTnH'Y c^otu eneTïioj^T ooqTO-Y efeo?V
juLnpju.o'y e«i<€ £€it ottiouj (-p*7-) ïigHT. otqs^ï gx*. msoeic e&o"\£tt n^i THpoy.
— ju.00tchc neieAd.^ïCToc neTcg^i uncume ajuxon^y^n julh Tcs-jui^cy kkoti
jum ntios". ïc. — c>^ &h xt.nuj^'se ^-ujme epooTïi. enei^H ^ TeTïicg^ï n^i ng^g
ncon -se co\ï ttoiruj^'xe nd.îi n^oiriouj gtocoT ne eTp^cg^i hhtïi Mgi*p ncon

ttpOOTUJ UJHJUL eT^ÏQSCOï itCCROi ju.ju.oï iwïl CCpqe ecg^l KHTU aaaaou CIKÔvT^-

çÇpoueï âXAtcoTît dai ttnecujume. Teno-y esc miOTTTe ^qp thttii uju.nujà. jumei-
no& UTUiguL eTOTô^fc p cdv^ço kôv*\coc ttTeTïr^ eooy n^q. ujopn aach g^peg
eneTiicoojLiJs. eqo7ra^& ju.h HeTïuuieeTe efioAcnui ■soojui it\ju. ■se n^ï pco ne
KTivuei efioAgA*. netiHï eT&HHTq. nT&&o ju.e7rge epoq es\i 1 gice ^tt». g^peç
ju.npToojLi.nT egooirr D^oopic ôwii^^kh jLinp&ooK e&o"\ utcthcock jmnÊto\ nTCTït-
geneeTe h eiiKOTK jH.nec&oX. ^ neneitoT eTOTa^fi (-pm-) xtnpotÇHTHc ^n^
ujeuoTfTe s.ooc -se epe msoi eqovo'x eT^no h etojLic neTnn^Te^Voq epoq h

il est maudit quand il mange, maudit quand il boit; celui qui veille sur son
corps est béni en toutes ces choses. » Gardez-vous donc du péché de la chair
et des pensées impures qui entreraient dans votre cœur, éconduisez-les, ne
vous laissez pas mourir pour des désirs. Portez-vous bien dans le Seigneur en
suite de tout cela. — Moïse, ce minime, écrivant aux sœurs religieuses et à
leur mère, petites et grandes. — Seizième (lettre). — Avant (d'aborder) le
sujet, je vous salue. Puisque vous m'avez écrit une foule de fois, disant :
« Ecris-nous une parole, » mon désir a été aussi une foule de fois de vous
écrire, mais les petits soucis qui sont sur moi ne m'ont pas laissé avoir le
temps de vous écrire, non pas que je vous méprise, à Dieu ne plaise. Main-
tenant, voici que Dieu vous a rendues dignes de cette grande vocation sainte,
soyez bellement instruites2 (?) afin que vous lui rendiez gloire. D'abord gardez
votre corps pur, et vos pensées hors de toute impureté, car c'est pour cela que
nous avons quitté notre maison. La pureté, on ne la trouve point sans souf-
france; et gardez-vous de rencontrer un mâle sans nécessité ; ne sortez point,
ne tardez point hors de votre couvent, ou ne couchez point au dehors. Notre
père saint le prophète apa Schenoudi dit : « Si la barque est à l'abri de la

1. Lisez : js.nn;. — 2. Cette traduction n'est pas certaine, le mot ce^^o n'étant pas connu; j'ai adopté
le sens d'instruire parce qu'il cadre assez bien avec ce qui suit.
loading ...