Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 698
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0226
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
698

E. AMÉLINEAU

ujcone a«.aacjl>tîi g *jl nutôv eTepe jULtiTitôvUjT ^ht ïusul î^ôvït^^oopei uc^ u&oA
îtTirrjur^- gn-y euei'iJuiîiTpeqp gTHq gA*. n «a.x e.TM&MX&y. utnpTpe ujèvpe ujhaa
ngooTT ei egovn eiieTHTonoc <2ze ïmeirigtoiie «.htm ucKôai'à.^'A.oïi. ^"tôjl*.o •i.e
ou jumiuiTii emKeçuo& -îse ty^pe TeTUTOic? uukcojuukou1 o«\ ïhth julîiuc«\ Tp&-

o (ou eTOOTTHTTU (~pK-) Ug 3vg UCOIt €TÊt€ IteïgOifl. UCTU iS/TtOT 'XC iip(oa*.e ÎIKOC-

aairoîi" equn epoq ugHTTHTTU gji ueTpvp iiottu cm TeTUgeueeTe eiiUHTeï;
epcoTH iu.d.Tres.TTHTTTit îiciiH'Y g^pi g^pooTU eqccoK ïtoTitot? nc^go-y eg p«\ï e^toq
julu neqKepoijute eT^TCOf? n;vy. on eTrttj^UTd>.Ji*.oi ei f;iinrq u^ttà^ue^çe

juiiutoq a<u. eicgHHTe a>.ig_ocm eTOOTTHTTîi ïtxocïc *:xe ïc ne^c eqe^ -Tcu uhtu
ep neqoTriouj is.TOi uqp thttu uxiniuà. mi^ç^eoii eTgu juiiHiFe eTeTuujivuei
efioTVgii*. nesju.dk. ott-2£^i g as. îrxoeïc. — aaiotchc n^p^h.o.dav^.pïTHc 1 ^tco
neitOT irmosucmiià. eqcgavï miequjeepe juamiKOit upeqp goTe ^^ipeTe. ïz. —
gà. oh ju.nujs^e ^ujme epcoTu kj^tô. ueTup^u gju. n^oesc attoo ■^■uj'Xh'à. eTpe
rvxoeic gd.peg epcoTn egcoÊ mut eqe^ocy. (-pKôw-) aauuccoc ^n^p^K^'Aei juuuujtu

son péché. C'est pourquoi veillez sur vous ; ne faites pas qu'il y ait accusation
contre vous dans le lieu d'où toute dureté de cœur sera chassée, de sorte que
vous ne profitiez pas de toutes les miséricordes qui sont en ce lieu. Ne laissez
pas les petits enfants mâles entrer dans votre couvent, afin qu'ils ne soient
pas scandale pour vous. Je vous avertis aussi de cette autre chose, à savoir que
vous cuisez pour les laïques, après que je vous ai donné des ordres (contraires)
une foule de fois à ce sujet. Celui qui cuira pour un homme laïque qui lui
appartient, parmi vous, dans vos fours qui sont à vous, dans votre couvent,
à moins que ce ne soit pour vous seuls, ô frères, pour vous-mêmes ;, attire une
grande malédiction sur vous et aussi sur ses hommes pour lesquels il cuit. Et
si l'on m'informe à ce sujet, je ne le supporterai pas. Voici que je vous ai or-
donné ; mais que le Seigneur vous donne la force de faire sa volonté et vous
rende dignes des biens qui sont dans les deux lorsque vous sortirez de ce lieu.
Portez-vous bien dans le Seigneur. — Moïse l'archimandrite et le père de la
communauté, écrivant à ses révérendes filles spirituelles, salut. — Dix-septième
(lettre). — Avant (d'aborder) le sujet, je vous salue par vos noms dans le
Seigneur et je prie que le Seigneur vous garde de toute œuvre mauvaise.

i. Lisez : iuikoc.ij.ikoc. — 2. Lisez : iikocxiikoc. — 3. Lisez : ei«.HTi. — 4. Lisez : n^p^iJA^H-
•2>.piTJKC. — 5. L'auteur a oublié qu'il parlait à des femmes et a employé le masculin. Tout ce passage
demeure très embrouillé.
loading ...