Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 702
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0230
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
702

E. AMÉLINEAU

iihtîi -se riT^Tite-x &*?à.ïiH epoq uj^utottkcoijoc «.«.oq jumït^-y UT^qKà. ccouià.
eopxs. »kT€TïiK*>.'Y w nemH'y se epe nuja^e uueTOTT^ôJi enepoei k^uj si^e
nenu\ eToir^^là neTujiv'xe 1 k^htcy THpo*Y aai^-y on ose ot^uj «ume Te
o^h itiieT^pscKe JieiipooAte croire ennoTTe qcH£ c<^p *2£€ nosoeic li^osojaipe
e&oA. neiiKeec nenpeq^pjcKe iieiipiOAte. ^ oves. "^.e £ïi necitH'y ^ ju.neqoTros epoq
itois-goo'Y ne,2£^q n^q *xe n^esooT epujôOi njutou^^oc £^pe£ eïienTOÀH iit^t-
Tives.'Y eTooTq nqnpocT^çe2 eneq&ïoc £ït oimeTujuje ïiqTuieiy^juk^Oiut -i.e ep
geu ïtoc? xf.no<\.TTï^ 5 ^<V\es. nq-xi irre^pi^ 1 THpc ïvTjuniTjuion^D^oc ;vpis. neo-
o<y eTepe ïu>^\iiihc nn^TpiKioc nujHpe iik(jojuiht€ vtc^HTq Texicy rma^
ceu^^^pi^e mx- (-pKH-) jnoq n^q cm jutnHTe equj^neï eftoAg**. nei&ioc. ^qoir-
oiujfe \\&\ neneicoT ne-xd.q n^q -xe ene ujâs. itpa. xxxx^Te juineocy ïiico^kiihc
nujHpe UROiAtHTe neToimà.T;^q5 jmnjmoït^^oc eTHAg^peç^ eneq&ioc ^*2£it toù?Vjl*.
n^jute iiepe aacotchc ne>vp neç^oo-y o_jul nec^Hxtav. ïiT^qose n^i -^.e eqoTrcon^
efio<V uineocY eTîi^ujume ïtcittkiHAioc. ^cujume •xe juneoiroeiu} £TULXi.&y eTpe
nujHpe Ain^ova ei uqA*ovujT itutno'Xïc xtnxt^pHc ^troo ^qpd.KTq egOTK ujà.

vous suis témoin qu'on lui a donné l'aumône jusqu'à ce qu'on l'ait enseveli, à
l'heure où il laissera son corps. Vous avez vu, ô frères, comment la parole des
saints a de la vertu ; c'est le Saint-Esprit qui parle en eux tous. Voyez aussi de
quelle sorte est la fin de ceux qui veulent plaire aux hommes plus qu'à Dieu,
car il est écrit : « Le Seigneur dispersera les ossements de ceux qui cherchent
à plaire aux hommes. » Quelqu'un des frères s'approcha de lui un jour, il lui
dit : « Mon père, si le moine garde les commandements qui lui ont été donnés,
s'il passe sa vie dans ce qu'il faut (faire), mais s'il ne peut pas faire de grandes
ascèses, mais qu'il fasse seulement tout ce qui est nécessaire au monachisme,
est-ce que la gloire où est maintenant sur la terre Jean le patrice, le fils de
Kômîté, on la lui accordera dans les cieux, s'il sort de cette vie? » Notre père
lui répondit, il dit : « Si c'était seulement la gloire6 de Jean le fils de Kômîté
qu'on donnera au moine qui aura gardé sa vie sans souillure, vraiment Moïse
ne passerait pas un jour dans l'habit. » Il dit ces paroles, pour manifester la
gloire qui sera (donnée) aux justes. Il arriva aussi en ce temps, que le fils du
duc vint pour inspecter les villes du Midi, et il se détourna jusqu'à notre père

i. Lisez: ne eTuj&'xe. —2. Lisez: nqnpoce^e. — 3. Lisez: AinoAiTei*..— 4. Lisez: irre^dpei*..

— 5. Lisez : ne eTOTit*.T*.^q. — 6. Mot à mot : Si c'était seulement jusqu'au nombre de la gloire de
Jean.
loading ...