Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 705
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0233
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DE LA VIE DE MOÏSE

neii.....ottojuj e^ot.....junegocY HTis.ii(&)ioK tH^-poo-y eir(e)ipHiiH'. &tu>

nes^q se eTruj^u <3ax.....hccoh ceu^p (gjïi nos" juneeoo-y ii^h. nese neu-

eiooT na^q ose u^-u;s.ciotju «ccok .....tucouj aai.....siujdttiei. . . (neWïi&-

itoTq.....eipe iihth.....ctji^juot..... cHg se s..... eeooy gi.....

neTU^HOTrq..... touj (ïtectp^rÇjH se (epuj);s.u neiis;s.se (q)ko ju;\

Tjuoq equj^itei&e ju^Tcoq (n)ettsoesc sio jujuoc se e^pi nneTn*>(n)oirq ivuct-

juoctc jujucotu sik neT n.....tu neTti^p(. . .) eTeKOTO^e kt( . . .) UTKeoTeï.

^qnsoe se une.....o_it neiujis.se. juimcis. ujoJUTe s(e eue)fioT equjoon gà.THii

ï\&ï nptojue a^io HTepo7r\o n&i ueqnTVHPH ^-snVo eirujme nctoq çmtu ueju^-
toï egoT&eq ô^ques. p^Tq e&o<V n&ï neneitOT ^q&toK uj^ ii^p^con ^qcncumo'y
efioTV. se tteju.iiujfyojut eTpeTAimH 2 ju.ju.oq se uequn htootoy o ou- npoqjHTHc.
dkirio Tjs.i Te oc uTJsqsi àopoc nes.q is.qsooTrq eneuHi g^n oireipmiH. es.TeTnii^'y
co necitH-Y se o-y Te t«?i jujuiuje imeTOT^^fc it^i^Tq jurieTHô, junujèv JAUjoone

îiôv'y uujHpe £ju HTpeTKtog en(e)cjuoT eTii^no(Trq) (-verso-)....... se on

Tpe.....eTgiToirtoq.....juoii^cTHpïon.....OTit esu ueTe^pH)^. u^nircre

se (jun)^-jue KT^q^uiTir ^ttticot ^tcs enjuon&cTHpioîi g^Tju neneiiOT ^na.

le jour où nous allâmes vers eux en paix. Et il dit: « Si l'on. . . ., ils nous
feront de grands maux. » Notre père lui dit : « Je ne t écouterai point.....

lu dans les Ecritures: Si ton ennemi a faim, donne-lui à manger, s'il a soif,
donne-lui à boire. Notre-Seigneur dit : Faites du bien à ceux qui vous

haïssent..........si quelqu'un te frappe sur ta joue, tends-lui l'autre. » Il

fut persuadé^par ces paroles. Trois mois après que l'homme était près de nous
et lorsque_ses plaies eurent cessé, on cessa de le (faire) chercher par des soldats
pour le tuer; notre père se mit en marche, il alla vers les magistrats, il les
supplia, car ils n'avaient pas la force de le chagriner, car il était compté par
eux comme un prophète. Et c'est ainsi qu'il lui prit raison, il l'envoya en
notre maison en paix. Vous voyez, ô frères, quelle est la manière de combattre
des saints : bienheureux celui qui sera digne d'être un fils pour eux, en faisant

imitation de leur^bonne forme....................ils se levèrent les uns

contre les autres. Mais les chefs de ce village qui avait été vaincu coururent,
ils vinrent au monastère près de notre père apa Moïse : les chefs du village qui

i. Lisez: eoveipjmH. — 2. Lisez: eTpe^Airnei.
loading ...