Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 710
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0238
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
7io E. AMÉLINEAU

ikSIIk Ai^ee^ïoc 1 neqeipe ngen no<y kujXhà ju.n geu \\o& AAno'X'trTSà.2 gAA
neqx».ouô«.CTHpjon n&.i îiT^qgôv^ja^e AAAAoq ôwirco nqKOTq enp^n AAnneTOVô^ft
is.nfs. nôwg^toxjto ngH&c eTp ovoeni gAA ne^c n^i HT^qp iieq^cKHcic THpcy
(-k-) ug^HTq nceuKOT! c^p lié u^ckhcic aaïi HCTil^îc eTeqeipe ju.xaoo'Y
AJtnegoo'Y aaii tcvujh ^toexe ' nquo'xq egp^i cxai i~ik^£ j.igdv£ ncon nqurn-
■iTiteTe ng^ïce a>Too îicô». ÊihX -se msoeic neTiuoon UAAAt^q nfioHOoc is.TTOi
îicKendwCTHc iiqu^eujToooim aat g^ ng^cé n^^JAiumioïi4 eTTcooim exoiq une-
gocy aaii tctujh. Res.i o&p îieqMA'y epocy ne itgo £i go £ïi OTOTcong^ e&o*\
eiro noTASLHHUje hcjuot h &.gjp&.q M*roq gootoq ou neAAeqeTOi^Keï g^Aoc 5 enTHpq
g^pocy aa^Woïi -*.e eqcno-y*.Js.^e ep neq^oofi k^^Vooc eq'soo u«oc ju^pe
noiroouj juin^oeic ujtone mto) neqTà.cspH'Y t'^jli neîiTes. •^.ivyei^ «sooq uj«vpe
n^çnie'\oc AAirxoeic kcotc eiteTp goTe gHTq uqHJvgAAO'y eqTHK ou h- (-k^-) gHT
t'xjui nenT^T'xooq gAA nev^poeAion eicgHHTe ^i^- uhth iiTe^oTfciôv egoùAt.
c2£vi H£oq Ain iioiroog^e m~o) c2saa Tf^OA*. THpc Aiiix<\iir ïitctaa 'A.es^'y eujcsi
thtttïi M^OHc. g^£ ncon eqeipe imeqcimô^ic uj^pe UQk.^ïAAComoH6 p necAiOT

apa Matthieu faisait de grandes prières et de grands services dans son mona-
stère qu'il avait consacré et bâti au nom du saint apa Pakhôme, la lampe qui
illumine dans le Christ, celui où il a fait toutes ses ascèses; car elles ne sont
pas petites, les ascèses et les synaxes qu'il laisait le jour et la nuit, de sorte
qu'il se jeta une foule de fois sur la terre, qu'il courut danger par la souffrance
et que si ce n'eût été Dieu qui était avec lui, comme secours et comme abri,
il n'aurait pas pu supporter sous la souffrance des démons qui se levaient
contre lui le jour et la nuit. Car il les voyait visage à visage, ouvertement,
étant d'une foule de sortes près de lui ; lui-même aussi ne perdait pas courage
du tout sous eux, mais il s'efforçait davantage de faire son œuvre bellement,
disant : « Que la volonté de Dieu soit faite, » et il s'affermissait sur ce que
David a dit : a L'Ange du Seigneur environne ceux qui le craignent, » se con-
fiant aussi sur ce qu'on a dit dans l'Evangile : « Voici que je vous ai donné la
puissance de fouler aux pieds les serpents et les scorpions, et sur toute vertu de
l'ennemi, afin que personne ne puisse vous violenter. » Souventes fois, comme
il faisait ses svnaxes, les démons prenaient la forme de dragons-serpents qui

i. Lisez : julè-t^ô-ioc. — 2. Lisez : ju.no'ÀiTej*.. — 3. Lisez : gwcTC. — 4. Lisez : ti^eviAAOttiOH. —
5. Lisez : go'Acoc. — 6. Lisez : it-a.*.iAiomon.
loading ...