Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 711
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0239
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DE LA VIE DE MATTHIEU LE PAUVRE

711

ngen '^.p^KCxm ngoq eiriuopuj efsOiV. imeir^nHire eueTepH'y ncenioT eoora
eneneiioT gn OTTtÇeonoc axii oTgOTe nnoir'x ^tco neiu.ecAi.e'X.i1 ïiivq g^poo-y
ov2k.e on Axen\\o eiyuj'Xii'X egpôki ennoTfTe uj^siTeq'xeK neqcTru^sc e&cvX. d^o)
xiocic ntjKTe neqgo e^iùoy nxix^Te giTJU. npme nnqfi^tv. eq-xco xjlxjloc h^*y
•xe ju.npn<V^$i^ ou ïvxaajuuoïuon2 iui^^oopes uhth îitcjotïi geit nÀ^uoc un
ncmeiioT n'xi^Êto'Xoc ne^c neT'^.ïtoKej5 aajuhotho ^ttco tiTeTncy uj^vp ô^t-
OTtcmg e&o<\. mi^gp^q. (-k&-) jumttc&. «aï oit j^veme uj^poq HOTcon ucrriyeepe
ujhju. ecujione eneece gp^c t^p ejut^Te eco ïi^^umonio» ^tio uepe n-i.^ïAAto-
moïi4 ^ £ice n^c ene^ovo gtoeà.e epujMi n'x&.fjuuomoft 5 êcor €^otsi epoc uj^c-
cck gpocy gn ujx^utc «ccouj eiio\ iwe imeipsp n^rpioiï jict^to noTxtHHiye
îtujôw^e ïiô^pccm ju.imcu>c uj^qp^gTc erm^g iicT^ire gfiHTe efioX ucneg necgoiTe
itcâvÊH'tV -se uj^pe necpcojute JvJuu^gTe juajloc gu OTTAtuT-stocope eneuj^c-
kô^c Kà.gH-y uitecgoiTe gu ta^htc tio-yori \uax. & neceiOTe -^.e «xitc ^t&iok uj^
neneicoT »,n\ juuvee^ioc1 ^T^oi eim^pôvK^iVei uumoq egp^i cxooc eTrosio aaaaoc
•2ï€ in^pe nenn^ T^goc ça nerieuoT ose cnriyeepe hottuit Te Aa.A*.omo{*€khc. UToq
giTut nequos" ïi- (-ko1-) eii&io ctouj îieuj^q:2sooc ose oy ne nujà.'y

étendaient leurs tètes les uns aux autres, pour courir sus à notre père, dans
une haine et une fausse terreur, et il ne s'inquiétait pas d'eux et il ne cessait de
prier Dieu jusqu'à ce qu'il eût achevé ses synaxes; à peine tournait-il son vi-
sage vers eux seulement, par l'inclinaison de ses yeux, leur disant : « Ne trom-
pez pas, ô démons, retirez-vous, vous êtes des trompeurs, ainsi que votre père
le diable; c'est le Christ qui vous poursuit. » Et sur l'heure, ils disparaissaient
d'auprès de lui. Après cela encore, on lui amena une fois une petite fille ma-
lade, car elle était belle de visage grandement et démoniaque : les démons la
faisaient souffrir à l'excès, de sorte que, lorsque le démon entrait en elle, elle
tirait des cris de ses narines, elle criait à la manière des porcs sauvages, elle
disait une foule de paroles inutiles; ensuite il la jetait à terre, elle écumait, elle
déchirait ses vêtements et, si ses hommes ne l'eussent pas saisie avec courage,
elle se serait mise nue de ses vêtements au milieu de tous. Ses parents la
prirent, ils allèrent vers notre père apa Matthieu, ils demeurèrent à le prier
pour elle, disant : « Aie pitié d'elle, ô notre père, car c'est une fille unique. »
Mais lui, par suite de sa grande humilité, il leur disait : « Qu'est-ce que vaut

1. Lisez : nexiecxieAei. — 2. Lisez : it'^a.i.u.oiuoif. — 3. Lisez : ne ct^icokci. — 4. Lisez :
Aiomoit. — 5. Lisez : n'i.ô.iAionioit. — 6. Lisez : ju.*,T-eô.ioc.
loading ...