Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 715
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0243
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DE LA VIE DE MATTHIEU LE PAUVRE

7i5

nuoTT€ £Coa>q <?enH uqcioTjm epou. \wsjl »po)jl«.e eues ne UT;s.qei uj^poq eqo
noTôv^i^ht *i.neq^ô>q ohkc eqcxco aaaaoc n&y ^e ht\ n-xoeic en thttk

qooc ojkohoaioc eîidwHovq eTpeTeTH^r nuoHKe uni neTiga^T uiajloh iiepe ot-
ujiouj noTrooT n^ujojne iiTjuinTptoAAe THpc ^tid iiohkê oou 1 eTUjdvn&oJK «j^poq
uj^qcXcoo'Xo'Y îieqp nu*», hju.m.x'y nquis^'y efio'x. eqosco aaaaoc n&y ose 10 uô,-
ujHpe uiuiepiT qi ne<3"pioo)£ jumei**.*. T^peTeT»*_t^Te tin^c^eoti MTAAiiTepo
ïtJiinHTre js.TTO) nqco\c?V. ne itOTOit m a* oh tieqoj&.'xc ncoitp eq«s(0 axaaoc \i^*y
•se îiMicy (-R^_) OTnouoiiH ^tio nqc&.&.iiuj ïtoiroK mu e-ruH^f uj^poq pn
neqTv.ofoc eTOTr^^fc eTjmep e&cwvcm ne^p^tÇH eTOT^^fc enexieqK*. TooTq eÊoX
equjAHX epp^ï enitOTTe itOTroeïuj iujul AAneoccy aah Te/yujH.

^cujoone ^e ou «otcoh a. oen pcoxie eme ujapoq hotc£iA*e t^^ô^ eTeir-

se hâte de nous exaucer. » Quel est l'homme qui est jamais venu vers lui étant
dur de cœur2 qu'il n'ait pas rendu 5 charitable, leur disant : « Le Seigneur
vous compte comme de bons économes, afin que vous donniez aux pauvres
et aux indigents. Est-ce qu'il n'y aura pas une règle unique4 pour toute
l'humanité? » Et les pauvres aussi, s'ils allaient vers lui, il les consolait, il
leur faisait l'aumône et les congédiait en leur disant : « 0 mes enfants aimés,
supportez le besoin en ce lieu, afin que vous obteniez les biens du royaume
des cieux. » Et il consolait chacun par ses paroles de vie, leur disant : « La
patience est bonne ! » Et il nourrissait quiconque venait vers lui de ses discours
saints, remplis des saintes Ecritures, et il ne cessait de prier vers le Seigneur
en tout temps, le jour et la nuit.

Mais il arriva une fois que des hommes lui amenèrent une femme qui se

amenait rendant gloire à Dieu et à ses prières à cause de la guérison qui leur avait été faite : sa renom-
mée remplit presque tout lieu et tous venaient à lui. demandant guérison, et il n'était point paresseux à
leur faire le bien selon tout le désir de son âme par la grâce de Dieu qui était en lui. Quel homme est
jamais venu à notre père affligé de cœur, qui ne s'en est pas retourné joyeux? ou quel moine est allé
vers lui pour le salut de son âme et la dureté des démons qui le tentaient, auquel il n'a pas donné con-
fiance, en disant : « Ne craignez point; ceux qui combattent contre nous sont impuissants près de ceux
qui combattent pour nous : car, que peuvent faire les démons qui combattent contre nous près des Anges
qui luttent pour nous? » Si tu supportes des (tentations) (sic exit). — On voit que le copiste avait pris
de grandes libertés avec le modèle qu'il avait sous les yeux et on peut conclure de ce passage quelle foi
méritent les copistes coptes pour l'établissement d'un texte.

1. Il y a un o de trop et il faut lire simplement oit. —■ 2. Je ne connais pas l'étymologie de ce mot;
mais je suis porté à croire que c'est ot&o ^ioht et que le scribe a passé un ^. — 5. Mot à mot : U ne
s'est pas fait charitable. — 4. Mot à mot : Est-ce qu'il n'y a pas égalité pour l'humanité entière.

90
loading ...