Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 716
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0244
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
E. AMÉL1NEAU

ujeepe Te e^cujume cm otriios" jum^p&nojui^. ecc^ocy ^coooo ^e kô^tjs. nctouT
Hiieg^JOAie ôv-ystoK eûoA n&i nevj/ic ne&OT jutnecjULice îs.c&<jï oh cm OTîtot?

nKHWTmoc uj^iiTecei eç^p^i enostOK ju.ju.ht uefioT. neceioTe -^.e HTepoTH^'Y
eTeTujeepe ecujoon £jul nemo^ hkiii^tsioc htc tci^ot ne^j^'y ^e ju.ôvpeii'siTc
epis.Tq xAniios" npoojute ivnèv jut^œ^ioc 1 nqu}«\.H\ eojpda cxtoc ô^tio THnicTeire
•2te nneTH^HOTq H^iuoone uijuloc. «lomou ô.tt;v\oc e7TTi?iHH 2 ose eimd.'XJTC
enjuLOH^cTHpio» ep^- (-rh-) Tq jutn^eiojT ^n*. jm^oe^ïoc5 nquj'A.H'X cxcoc.

oh ncocy juuuii'X'A.ïOH eTpeTeï uj^poq enji«.on*vCTHpion ^ttîkax^ n^eiioT
joi^ JLt>\oOc\\oi-1 gmi oTS'iJù'iVn e&o'X e-yxu) àajuloc j\ô.q ose s'ioujt e&oX g^jut

H*\lOJ2UJ HTCKk'A.HCÏJS. Kllô.H^'Y €£€11 piOJUie e/THH'y UJ^pOK epe OTCÇHJLie JULOOUje

HJutJui^'y €ta. n^.ï^o'Xoc Te. "Xosnou €vuj^hchjoh e^omt enjmouôvCTHpion tcooth
H^ficon e&o'X ^iK'x.bïoy jLinpKd^'Y eej eç^oTH eTeicooT^c ^t\."\A. uj*.^e hjujul^'y
oui ncjv Hi20<\. ^e HcejLtnuj^ ô>.h Jies e^ot» eneiJu.oHô.cTHpïOH ô>.t<jo TKecojjue
à. neca^e o^oou ec^oim. neneKOT -^.e ^q&ioK eojp^ï ers.\\ T^evtencop HTeKK"\HcsA.
^qu&'y enpcojute eTHH'y ujispoq epe TecçMjuie T^^H-y enTÛHH epe O7m*oinoc

trouvait être leur fille et qui avait commis une grande iniquité mauvaise : elle
devint enceinte selon la coutume des lemmes, les neuf mois s'écoulèrent, elle
n'enfanta point, mais elle demeura dans un grand danger jusqu'à ce qu'elle
arrivât au bout de dix mois. Mais ses parents, lorsqu'ils virent leur fille dans
un grand danger de cette sorte, ils se dirent : « Menons-la aux pieds du grand
homme de Dieu, apa Matthieu, afin qu'il prie sur elle, et nous croyons qu'il
lui en arrivera du bien. » Du reste, ils la chargèrent sur une bête de somme
afin de la mener au monastère aux pieds de mon père apa Matthieu pour qu'il
priât sur elle. Mais six milles avant qu'ils fussent arrivés au monastère, mon
père apa Matthieu fut iniormé par une vision (où) on lui dit : « Regarde par
le toit de l'église, tu verras des hommes qui viennent vers toi, une femme
marchant avec eux, laquelle appartient au diable. Du reste lorsqu'ils seront
près du monastère, lève-toi, va au-devant d'eux, ne les laisse pas entrer dans
ce couvent; mais parle avec eux à l'extérieur, car ils ne sont pas dignes
d'entrer dans ce monastère, et la femme aussi, sa fin est proche. » Mais notre
père alla sur le toit de l'église, il vit des hommes qui venaient vers lui, la
femme était montée sur la bête de somme et une fumée l'environnait avec la

i. Lisez : JU.*.T-e-^ioc. — 2. Lisez : eois"r&nH. — 3. Lisez : juiô/r-e^ioc. — 4. Lisez : ju0.T-e-0.10c.
loading ...