Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 717
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0245
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DE LA VIE DE MATTHIEU LE PAUVRE

717

kwtc epoc jui\t nTJûHH €t€CTôk^.H"y epoq neueïtjOT •i.c ôvqeï enecHT ^qA*OTTe
euecuH'Y eTgAAOoc (-R0-) gi oTHq ou haaou^cthpïoh ncxa^q h^-y «se tojotm
jui^pou eko\ ujô.HTe ueipooAAe ei MTîiiga>.se haaaajv'Y nceAAniy;s. &n »ei
cooth eneïTonoc eTOTd^fi. ireneitoT -2>.e ^qcom o^-xooo^ KtiecnH'Y ^Tp n&o'X
Ainpo aaha*.^ nujoone è^T^^ep^TO*Y ujôvJiTotreï »3^ï npoiAie a*.» Tecoijute kô.t-
ly^-Y eTAAAt^y. ôvToo HTcpoTmoo^ ujts. neneitoT a*u iiecnH'y ^t-xi cA*.oy iiTooTq
cjs. neitoT irrujeepe ujhai n^p^Kô.'Xei AAAtoq eq^oo aaaaoc -se n^ejuiT eTov^dJi
iuijvpe Tienne t^g^e TeiTô^iMiuopoc iit^ïhtc uj^ TeKAAitTiieTov^&fs aah tck-
a*.iit2soic îtejcoT eTT,dw€ïH'Y "se cooce. ne-xe newesioT iiô/y ose AAJvpou a*it£îo<V

AAneiAAOil^CTHpSOlt UOTKOT! ilTHAtCUJT nocofï eTll^UJOOne. AAHUCtOC ^qAAOTTC
CTeCOIAAC H*\oïAAOC CTAIAA^Y HC2£^q HôvC -2£e ^OpO UTCIge CO T€C£lAt.e SLXtKTiK-

aaoi enoT&ïoc Tttpq ô^tco Atnp^ï &o\ aatiaito efioX Atnxoesc. utoc -^e

Hê'S\C 'Se OTUOl? TC TII^p^HOAAtà. UT&.I&.&.C ^TTUKOTR H Ai. AltW u^ï COU CIWk.'Y

^sujcone £ n o~tn\o& Ain^p^uoAJUA. o^oic^e1 iit^oj ifxsoTe Ainujcpn «con une
ptoAte eiAie epoi AtirgoTit ^.e ncoo-y iieftoT ^ï&cok chaa^. uoTpeqAJtoTTTe Mit

bête sur laquelle elle était montée. Mais notre père descendit, il appela les
frères qui étaient assis près de lui dans le monastère, il leur dit: « Sortons
jusqu'à ce que ces hommes soient venus, afin que nous leur parlions, car ils
ne sont pas dignes d'entrer dans ce lieu saint. » Et notre père marcha devant
les frères, ils allèrent hors de la porte du lieu d'habitation, ils se tinrent
debout jusqu'à ce que fussent arrivés les hommes et cette femme indigne. Et
lorsqu'ils furent parvenus à notre père et aux frères, ils se firent bénir par lui2;
le père de la jeune fille le pria, disant : « Mon père saint, prends pitié de cette
malheureuse que j'ai amenée jusqu'à ta sainteté et jusqu'à ta seigneurie,
ô père honoré3, car elle souffre. » Notre père leur dit: « Allons un peu au
dehors de ce monastère afin que vous voyiez ce qui va arriver. » Ensuite il
appela cette femme de pestilence, il lui dit : « Pourquoi es-tu ainsi, ô femme?
Apprends-moi ta vie entière, ne mens pas en présence du Seigneur. » Mais
elle dit : « Le péché que j'ai fait est grand ; deux frères ont couché avec moi,
j'ai été dans un grand péché. Lorsque j'ai conçu en secret la première fois,
sans que personne le connût4, et au bout de six mois, je suis allée chez un

[. Lisez : jnocre. — 2. Mot à mot : Ils prirent sa bénédiction. — }. Mot à mot : Que ta pitié prenne
cette malheureuse que nous avons amenée jusqu'à ta sainteté et ta seigneurie de père honoré. — 4. Mot
à mot : Sans que personne me connût, c'est-à-dire : sût que j'agissais ainsi.
loading ...