Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 728
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0256
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
728

E. AMÉLINEAU

tiiiK^'^otrc^ n'^.i^Êo?V.oc «xe fiuiR e^oim epoï ^itoooth <^xx e-^- hrotr

n^HTq dw-yo) ôviÊtoK enu», eTepe Tec^ïAte ju.iTKCOA*.dvpjTHc hrotr uoHTq ^tco
qong Hffi rvxoeic -se n^pôv TecoTOûuj ô^ïssï xijjloc n^pôw rec&oâx. neviT^i^ôvq
ne n\ï TeRjuuiTeicoT *^.e ReAeTf cTpeR-^ hjvi iit^c&co a*.u t&emTiAAïA. j^tco
qon^ ïi^j nttoTTC •xe iacirtoï ujà. etieo^ eTp^p £io£» n^\M.me ujev negoo-y jjtn^-
ju-o-y. neneiooT -^.e d^qToimocq egjp^i neos^q -a>e rraoeic eqeRco n&r efioTV imeR-
noÊe THpcy itTikRSkAk.'Y ^Tto Kq^" h&r hotcootftu nc^ en: n^ujoone noTpcoAi.e
n^oa^oc 'se naaiTtoc g^ïTut noTrooty AirmoTTe Ru^ujuine eno7rp<.oa*.e ttCMR^ioç.
n^p^ccm ^e HTepequ^'y eïieiiT&qujoine ^qp ujimpe ^q- (,-ïj.fc-) ^ecoy umiioTTe
eojpôwi e<2£a«. n^co'A.n ef>o"\ iiT^qu^-y epoq n&i neneiu)t jolies. Ju.ôveedaoc2 eâjm
£ooii ojftn epoq errmpq £iTn otovi ïijjul eTurry uj^poq e&oAgju. mxs. neT-
gAAOoc ^.e THpcy g^gTHq evr-xi cito-y e&oXg^TOOTq ^it&ior eiteims eu^ eocy
«.nnoTTe neTejpe mieiujiTHpe a4.<vrô^q. em^-xe o*y sitô^r^. o-y ïi^oa*. aaîi
weujnHpe ïiT^qj^'y îks'i npiOAte AArmoirre At^ee^ioc3 n*. nesp nAteeire

eTîi^noTrq ^too eTCAA^AAd^T. oTcg^Ate ^.e ou npAA tito'A.ïc crh ecujoon

alla pour apporter des vases. Mais le diable entra en moi, je me levai du lieu
où j'étais couché et j'allai dans le lieu où était couchée la femme du jardinier,
et vive le Seigneur, contre sa volonté et contre sa force4, je la pris. C'est ce
que j'ai fait; mais que ta paternité commande, donne-moi mon enseignement
et mon châtiment; vive le Seigneur, je ne retourne plus jamais à faire œuvre
de cette sorte jusqu'au jour de ma mort. » Mais notre père le releva, il lui dit :
« Que le Seigneur te pardonne tous les péchés que tu as faits et qu'il te donne
dorénavant la rectitude, afin que tu sois un homme bon, car sans doute, par la
volonté de Dieu, tu seras un homme juste. » Mais le magistrat, quand il vit ce
qui avait eu lien, il admira, il rendit gloire à Dieu sur la révélation qu'avait vue
notre père apa Matthieu, car rien ne lui était caché du tout par quiconque venait
vers lui de tout lieu ; ceux qui étaient assis près de lui reçurent sa bénédiction,
ils s'en allèrent en leurs maisons, rendant gloire à Dieu qui seul opère ces
prodiges. Que dirai-je, qu'omettrai-je des prodiges qu'a faits l'homme de
Dieu apa Matthieu, celui (qui est l'objet) de cette commémoraison sainte et
bénie? Une femme originaire de la ville d'Esneh, qui se trouvait en Babylone,

i. Lisez : hrô/^oitc. — 2. Lisez : iu.&.t-e-^ioc. — 3. Lisez : Ai^T-e-^ioc.

de vive force.

— 4. C'est-à-dire : Je la pris
loading ...