Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 732
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0260
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
732

E. AMÉL1NEAU

t^oire Kivpnoc ^n eiio\ en^noirq ceHà.K.oopeq ncenosq ctc^tc. utncop oi n^-
ujHpe AinpTpemiosn eopôa eTCdwTe ^'A.'A.ô, xt^poTge epon enc&TioT epe ot&A-
fei^e gum necuiôv^ t^poTsooc se otïi os'caj.o'Y utc nsoeic ngHTq. n^i se
eqsco jutAiocy ctiS'ooujt nccoq mpcy ««e noir^ctcte<Voc ïitc nuoTTe. JUÈnnca.
naa THpcy ^qToooTîi \\&\ neneicoT ^n». At;v&e^ioc 1 a^q^oon eg^p^i ens^ie ^too
juneqeï e&oA ujô». u^wk ncis.ujq ngocy unucwc &.qei enecHT ^q&u>k egoTn
eneqiuà. nujoone miou se ^utcootu ô^nÊcon uj^poq eTpensj CAXoy efioAgiTOOTC
ïiTeqxiiiTneTOTrdv^Ja. nTepengxiooc se g^gTHq hotroti a.quj^se uju.jUL&.it
eqsio xt.iu.oc se ^ctyonie juhjlch nTeio-yujH (-sih-) nTepieipe nTa^ïu&iic ïit^-
sojk eko'A. nuôvUj'A.h'iV mïirotk novucnri esju. ixkotj xinoi e^gxiooc gisooq
eieïpe jund^ uiij nffis ^m^'y epoq2 gn otckctjsvCic epe ujHpe ciidw-Y jututon^-
y^oc ôw^ep^TCY epoï eTg^ eoo-y exi.ôvTe. nesis.'Y se tcoottu ^xicy t^^h 3
iwô.ndaiT^ enesoTe xinec^Hxidw ô^nfcomoc julii n^gcouio xtu e^osu>poc x*.n
neiieioiT is.n&. xicottchc *.tio on n^AXo xinpoçÇHTHc ^n&. ujenoTFTe. mior se
nesô,i iiôv'y se èvyio eqTion4 nèveioTe eTOTT&ôwfi. nes^'y n^i se eicgHHTe ^n
oimpo^cTion! en^ ô^n^ ÊiKTcop n^p^HAi.d.ïiTpïTHc 6 ne. mior se ô.i«.ooiye

jettera au feu. Non, 6 mes enfants, ne nous faisons pas jeter dans le feu, mais
qu'on nous trouve préparés. Quand une graine est dans sa gousse, on dit
qu'il y a en elle une bénédiction du Seigneur. » Comme il disait ces choses,
tous le regardaient comme un ange de Dieu. Après tout cela, notre père apa
Matthieu se leva, il monta au désert et n'en sortit pas jusqu'au bout de sept
jours; ensuite il en descendit, il entra dans son habitation, mais nous, nous
nous levâmes nous allâmes vers lui pour nous faire bénir de sa sainteté.
Lorsque nous fûmes un peu restés assis près de lui, il nous parla, disant : « Il
m'est arrivé cette nuit, lorsque je faisais ma synaxe et que j'ai eu achevé mes
prières, que je me suis un peu endormi sur le petit banc où je m'assieds quand
je fais mon travail manuel. Je me suis vu dans une extase : deux frères moines
se tenaient près de moi, glorieux grandement. Ils me dirent : « Lève-toi, viens
vite afin que tu abordes les pères de l'habit, Antoine, Pakhôme, Théodore,
notre père Moïse et aussi le vieillard prophète apa Schenoudi. » Mais moi je
leur dis: « Et où sont-ils, mes pères saints?» Ils me dirent: « Voici qu'ils
(sont) dans un faubourg qui appartient à apa Victor l'archimandrite. » Mais

i. Lisez : ajlô.t-&*.ioc. — 2. Ce mot a la dernière lettre biflée, comme s'il y avait une faute; il faut en
effet lire epoï. — 3. Lisez : tô.^*^. — 4. Lisez : eirrcoit. — 5. Lisez : oirnpoô.cTeiott. — 6. Lisez : na.p-

9£JJULà.ït'2».piTHC.
loading ...