Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 747
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0275
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DE LA VIE D'ABRAHAM

747

£ioooq ueTp ootc oHTq eTeipe tV2kiKà.iociraH neq. . . iiTiuujwnej?) Uà.'y. Tenu^-y
<7^p en-i.iRôwioc tc\io'y €Tp oiroeiu uee umpu gtTit ii^out util ueiunHpe eTepe
nvioTTe eipe xiutoo'y efioXoiTooTo-y otx neTFcouo j^tw juluiic^. ï1€tiao^ eT-
T^eiHy k;s.t^ neTCHp^ -se nxio*y n*ieTOT«k«k& jumcxoeic TMmy iu.neqxt.to efioX
«têc nM ueii neirccijuidv ïit&.tfaao'y cctoixic MMMOoy pwô'y siée tmcioxi** hhcut-
^Tx*.oy THpo'y ivA-A*. cecîeeT otoc kwwc ^"Wôv ceeiiep^es uoeu ujnupe
n*,p^ ueTOïio^ pocum1 nctoui^ ime\i AtnutxK^pioc e\icc*>.ioc ueqs'eeT neo^u.
nT^-^oc 2_tùC Rwwc »w?V.3Và. neqTOTïiOTrc -2>.e rmpeqAt.oo7rT. UTeige ^e on nen-

€ilOT €TOT^£vfl JUinpO'lïHTHC Ô,7FC0 ilNp^HJU.^U'i.piTHC 2 ôvnà. ^fip^èvjm AJUUlCà.

Tpe nosoeic <?jui nequjme neqet efio'A.on cioxià. nepe nuoïTc eitepceî noen
t*.?V^o xin oeu (-jr-j ujnHpe efso'A.CMTOOTq o^ui u«t<\ eTeqToxie n^HTq Teno^-
ivtVX^ Tennevxe oeu kottï eveocY 5 AinnoTTe un neqneTOV*v£v£s. ^ciuoine -^e
aahhc^ Tpe ncsoeic &mx nequjme k^tjs. ©e iiTjMiupn -îsooc a/yu) npuiuje n<youi
£i ujnHpe ^Tinione oiTOOTq eoy efioTV. n£HTO*Y Te r^\. OTpoojuie -^.e -se oh<Vi&.c
«•2£OT^>OTpe eqHn enToiy n&n-^noo'y OTrnpoTeRTwp ne upAAn^o exi^Te eqo
AinoT^Kpioc 4 ^qcuiTjm eTfie h&o»jl mxm ueiyriHpe eTepe nnoTTe enepc^ei

pourquoi ceux qui le craignent, ceux qui font les justices.................

car nous voyons maintenant des justes qui brillent comme le soleil par les
vertus et les prodiges que le Seigneur opère par leurs mains pendant leur vie
et glorieux après leur mort, ainsi qu'il est écrit : « La mort des justes est
glorieuse en présence du Seigneur. » C'est pourquoi, leurs cadavres, on les
ensevelit comme tous les corps qui sont morts; mais ils ne sont pas comme
des cadavres, mais ils opèrent des prodiges près des vivants, de telle sorte que
le corps du bienheureux Elisée était dans le tombeau comme un cadavre, mais
qu'il ressuscitait les morts. Ainsi encore notre père saint, le prophète et archi-
mandrite apa Abraham, lorsque le Seigneur l'eut visité, qu'il était hors du
corps. Dieu opérait des guérisons et des prodiges par lui dans le lieu où il est
enterré maintenant. Mais nous en dirons quelques-uns pour la gloire de Dieu
et de son saint. Il arriva après que le Seigneur l'eut visité, ainsi que je l'ai dit
précédemment, que quantité de vertus et de prodiges eurent lieu par lui, dont
voici l'un. Un homme nommé Elie Djoubouré, appartenant au nome d'An-
tinoé, — c'était un protector très riche, qui avait la goutte, — entendit parler
des vertus et des prodiges que Dieu faisait par l'entremise du saint vieillard : il

i. Lisez : gocoii. — 2. Lisez : it*.p^ixi*.it'^.piTHC. — j. Lisez : eoreooy. — 4. Lisez : juno^^^pioc.

94
loading ...