Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 752
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0280
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
E. AMÉLINEAU

t^k^c &<a>k eooirn enoTOîH eTJUtjm^Y ïtTôaittjpn T^ire neqp&n a*.qfeooK
ego-yn enKoui^pïon 1 ^q^oocoXe hc\ uccotit îK^iTpe eTMgHTq gtocTe ncep
■xotth à.q*.nocT;s. ju.A4.ooy jmiïATe<q<3'îï Teimepi*».2. ïiTepeq^n TeTruepiis.; oirti
^qg^ojK irreqeioù ^qTSv'Xoo'Y epoc ktctujh epe npcouLe o&uj ^q*xa>pA*. hcô. ^co
eqjLieeTe e&coK eTJUtcyujoïic ne OTrpxi n^âjte ç^p eTutut^'y ne k^tô. ee
UTôvUUjpn 'xooc. ^ nvioTTe jutn nequjTV.H'X jutneneiioT ^n*. &.ftp&.g&.jul ^qciopuL4
ju.rrequoTc jmneqes«.e cse eqjLiooige toou uj^UTe noiroein ccop eT&e ose *^P
SiWe. c^p ô^qoe epoc > eqoju. ngoï n&îxsif ottTV. *vqeïixe ose nneTOTfô^f>
;vÊp^^^AA ne HTà.qs'oïiq ôvqRToq e^OTii eeeneeTe ôvqoojmoTVopeï it&.n jumec-
fÇ^'A.***. ïiTdvqôv^q à.q'xi juict^hoï^ eqo^pK xe juieioTtoo ctoot ep nei-

gcoii ïiîk\ ose ostOTe ujà. (-n7-) neoooy jmn^uio^ 0^10 xqfscoK eneqm eq-^- eooy
AinnoTTe eotïi n^out uni ueujriHpe jumeqneTOTôv^fi ^fîp^osvjui iiT^q-

ottoho^O'Y e&cwV Ho^HTq peu nos' h^oul ivr^q^^-y e^-6 eqou nccoxt.^ ^ttoo jumttc&.
nequio'Y neq^OA*. enepcei ujà. ootîi eTency. jut^pnooo epon uj^ neixiô. 00 nis.-

seur (?). Satan entra dans ce fellah dont nous avons proféré le nom, il entra
dans le jardin, il cueillit les plus beaux des citrons qui s'y trouvaient, de sorte
qu'ils étaient au nombre de vingt-cinq, il les détacha avant qu'il eut trouvé l'op-
portunité. Lorsqu'il eut trouvé l'opportunité, il sella son ânesse, il les chargea
sur elle pendant que les hommes étaient endormis, pensant aller à Tmouschons,
car c'était un homme de ce village, comme nous l'avons dit plus haut7. Dieu,
avec les prières de notre père Abraham, égara son esprit ; il ne sut plus où il
allait, jusqu'à ce que la lumière se disséminât, parce qu'il était devenu
aveugle ; il se trouva être dans le Domaine à chameaux ; il sut que c'était Je
saint apa Abraham qui l'avait pris, il retourna vers le monastère, il nous
confessa la faute qu'il avait faite, il fit pénitences, jurant en disant: « Je ne
recommencerai plus à faire cette chose, à savoir, voler, jusqu'au jour de ma
mort, » et il alla dans sa maison, rendant gloire à Dieu sur les vertus et les
prodiges de son saint apa Abraham, par lequel sont apparues de grandes
vertus qu'il a faites étant encore en vie9 et après sa mort ses prodiges agissent
jusqu'à présent. Qu'il nous suffise jusqu'ici, ô mes bien-aimés, car nulle

1. Lisez : enKCoxi*.piOT. — 2. Lisez: Teim^ipi*.. — 3. Lisez : Te-vu^ipi*.. — 4. Usez : c(op.JU. sans
le préfixe. — 5. Lisez ; epoq. — 6. Lisez: e-ri. — 7. 11 doit y avoir eu une phrase d'omise par le scribe,
car ce détail ne se trouve pas dans le récit. — 8. Mot à mot : Il prit repentance. — 9. Mot à mot :
Etant encore dans le corps.
loading ...