Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 764
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0292
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
è. AMÉLINEAU

ju.iu.oo'y €tkh e^pxs AXïi&MJLTQ eiio'X ^tco n;v*jneTpe ne (-IÏH-) nvioTTe 'se sme
neToeïiy eTjuiA*.^'Y cToem eno^ooT itctthu} 1 n&.i ene^u nTepeni -se uj^poi
jutnoo'y jn.ii neKâji^eTTJriC2 esc nuoTTe \q's^Y n^u TeuTptottîH 5 jumyj^juieT.
Teucy se tiootii »Tenss -^ne noTKom noeiu k\t\ noïe^^iie jumuoiFTe.
eviiTOOTM se ^ainiopeiy enen^ss e£>o\ ô.ïiuj,\h'\ ^hc^tt» e&OiV ôaiOTooju. juin
ueuepHO'y cm OToem euoycoT evTco datcw jumuoTn ut.AM.ooy ô>.nei e&o'Xe} iTooTq
jjinweJOiT èvn^ -Ipïja ^qenott eÈo"\cm crycHpHUH4. e>ai*,u se i^vit epHc ou nToo*Y
THpq iyô,uTnei em-oo-y jutAiepoeïT »aisï usai siotta*.^ nujione ucmTq ^u^k se
nejojis.ooe ç>jui ïiJLi.x nyjoooone ot\\t eic OTpoojtie i^qei enp^ ^qju.oTTe epoi
j>.h^k se ejao*\ en^<y se oy neTiuoon'. nese neTJutJut^"Y n^ï sut^k6 ne
e^eKinX. nes^s u;\q se eç^e oy 7 dation ne nesivq n^i se kô^t enç^oim enp^
jutnKJUtà. uiycoione T\^to ep^k jutnesuj^se jt*.jmou u^-otcouj ^it esooq utc ne-
ctiHCY ccota*. uceep ocre. *.n^K -se ^isrrq eejoiru ojtw Tqcys nyjivse êthmiotc.
nes^q u^ï se n^covi (-ne-) r^'iimÀ ncooim se o-y neTujoon s. nes^s sx*.xs.ou9
nesô^q se &ie$ eijutooiye o_jul n<s^\e ont niià.'y u-rsen cisvujfce i\c^Jq èvïi^k jliu

setier d'eau placés en ma présence, et Dieu m'est témoin que pendant tout ce
temps, un seul pain m'a été accordé10 à la fois; mais comme tu es venu au-
jourd'hui vers moi, avec ton disciple, voici que Dieu nous a envoyé la nourri-
ture de trois. Maintenant donc, levons-nous, goûtons un peu de pain selon
l'ordre de Dieu. » Nous nous levâmes, nous étendîmes nos mains, nous
priâmes, nous les tendîmes (vers le pain), nous mangeâmes ensemble un seul
pain, nous bûmes le peu d'eau et nous primes congé de notre père apa Phib,
il nous conduisit en paix. Mais nous, nous allâmes au Midi dans toute la mon-
tagne, jusqu'à ce que nous fussions arrivés à la montagne de Méroeit ; nous y
prîmes un lieu d'habitation. Comme j'étais assis dans mon habitation tout
seul, voici qu'un homme vint à la porte, il m'appela. Et moi je sortis pour
voir ce que c'était. Celui-là me dit : « C'est toi Ezéchiel? » Je lui dis : « Oui,
c'est moi. » Il me dit : « Fais-moi entrer dans la porte de ton habitation, afin
que je te dise cette parole, car je ne veux pas te la dire afin que les frères l'en-
tendent et aient peur. » Et moi, je l'introduisis, grâce à sa bonne manière de
parler. Il me dit : « Mon frère Ezéchiel. sais-tu ce qui a lieu? » Je lui dis :
« Non. » Il me dit : « Je suis venu, marchant dans le désert à la septième

i. Lisez : ne ctthuj. — 2. Lisez : neKJU*.^hthc. — 3. Lisez : Teirrpo^h. — 4. Lisez : oirgeipHriH.
— 5. Lisez : ne eriijoon. — 6. Lisez : se ht^k. — 7. Effacez ce mot. — 8. Lisez : oy ne e-rujoon. —
9. Lisez : se juljulosi. — 10. Mot à mot : M'a été fixé.
loading ...