Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 767
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0295
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DE LA VIE DE PAUL DE TAMOUEH

767

\to) ô.q^AAà.oTe uiAAoq ^qc^u^^q eTOOTq x*.n p^Tq ^.qcKepKcopeq enectiT
evei^v1 &.iiK&.&q efio'A ^«âjtooiye. nes^s ju.nis.eHA}T •se cy ne neioioÊ îiT^nj^q
eneï^Tiyme. nrae n^enoT ues.i -se ^ imovTe t^^.q ctoot (-qf>-J TioieTeTe2
uuutoq k^Tis. neTecm;s.ï eÈo'A '^e ^qTCo'XiOAAJs. ; Aqmp^e 1 xxsjlow. n;s.enoT -xe
HTepq^e n^i ^HTtooTvi ^ui ennis.^ nujiiooone en-^- eocy iinuoTTe. n^eu«iT Ok.e
^qep ouH migocy > xin ouh uotujh jutnqoyooA*. OT'\e Ai.nqcoo eqojsjiooc o s:xn
OTTcofse mooTra enjtiis. nujeoione eq^ooiyT eirei^iV on o-tujottujt AAneqiyT^jm
eneqiW.\ juinei^AtH ïtooo'Y uj^nTovnoos'e uceT^oTôv 7 cit&.q eno"\ i-xjh.

ttk^£. nô.p^^pceAoc •i.e eTOTiv^Ê d^qei eÈo<Vgyi Tne eTe juli^^hA ne Ainn^-y
«.noToem nTKTrpj^KH xtn'sooK eno"\ ju.neo jme ng_ooy ^qcq>p^<?i^e juixioq ^q^
otco xtâjioq cm neq^ice THpo'y neq&^'X c.*june ïitctt^h is. juls^^h'X êoik
eop^ï enexinHOTe on oTeocy. &.tidtti -^.e ^ncTn^^e juin necnHoy eTnjujLton
cto jut nsuLis. cth.m.^'Y8 ^noTtoju. imjlju.&.'Y jutnegocy nTKTps^nn dio'A-
gyTooTcy cm oTgipHHH9. ami epHc eTneTp^ ncïooirt agirai n^n jiotkotï axxi&

put remuer ni de ce coté, ni de cet autre, car il savait que c'était le diable, et
il le saisit, il lui lia les pieds et les mains, et le fit rouler dans une vallée ; nous
le quittâmes, nous marchâmes. Je dis à mon père : « Quelle est cette chose que
tu viens de faire à cet impudent? » Mon père me dit : « Dieu me Ta livré afin
que je le châtie selon mon plaisir, car il s'est enhardi (et) nous a tentés. » Mais
quand mon père eut dit cela, nous nous levâmes, nous allâmes en notre habi-
tation rendant.gloire à Dieu. Mais mon père passa quarante jours et quarante
nuits sans manger et sans boire, assis sur une brique â l'intérieur de l'habita-
tion, regardant sur la pierre spéculaire dans une fenêtre, sans fermer ses yeux
pendant ces quarante jours jusqu'à ce qu'ils suintassent, qu'ils laissassent dé-
couler du sang sur la terre. Mais l'archange saint descendit du ciel, —c'était
Michel, — à l'heure de la lumière, le dimanche, à la fin des quarante jours, il
le signa, il le fit cesser de toutes ses souffrances : ses yeux se rétablirent comme
auparavant10. Michel monta aux cieux avec gloire. Mais nous, nous fîmes la
synaxe avec les frères qui étaient avec nous en ce lieu, nous mangeâmes avec
eux le jour du Seigneur, nous les quittâmes en paix. Nous allâmes au Midi vers
le rocher de Siout, nous primes en ce lieu une petite habitation, et mon père

1. Lisez : eoireie.. — 2. Lisez : TJ.ns.i'ieTe. — 3. Lisez : i.tjToA.u.6.. — 4. Lisez : ^qneip^e. —
5. Lisez : n^ooy. — 6. Lisez : eo"irejù.À. — 7. Effacez ce mot. — 8. Lisez : eTjaxiô.y. — g. Lisez : gn
OT^eipHitH. — 10. Mot à mot : Ses yeux furent solides comme auparavant.
loading ...