Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 768
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0296
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
768

E. AMÉLINEAU

niyioione ou n«<\ eTtAixi^y n^esooT (-qt*-) se tmeqeipe non u^r? «.nio?V.T^-A. '.
evcujcone se itoTroocy ^qei uj^pMi ottu^^- eng^çMcc htc ntioYTe enqp*a$
ne nuj^HiTeiepeutïNC equjoon oh nTOO'y Ainutocy ncà. mefseT Atnseppo

daixcno^e2 nnenepH'Y iMiuj^VHiV miojliooc &,nuj&.'xe e«e.i*.eTndw(y Atne^c aau
ufntoTVT^-^ ' iuieTOTT^^fc. iiTepcryto 4 se eTs\^Kpme x«.si ueTepHcy ^utioottu
^UAieouje ojlî. nToey iioirneTpsv ecjm.Hg_ krookc egen pqujxiuje eiscv\on>

ue THpcy «e. uTepe neTOT&.dtÊ se nioo epoof jvtiooip^TO'y ;vtuj'\h'\ eop^s
e's.iùoy JiTTtooTii ctt^ho THpo*Y eveeïpe6 ncoo-y ntye ho^ootct sulïi T&ioy aah
qTo ucoïjuie. nese iteTOT^^fi n^y se oy ne neTnoiofi. ^qoTcoujq ws\ otô, e&o'X
eito HToy né'Sèkq se ccota*. epà.ï tù ueTOT^^fc t^t^a«.o tcttii eTîincouTpiA.7 aau
Tîin^p*auûjuu^s. ^n^u cxp ^\t^ït oToeeitoc ïiottiot eitujejutttje noTfeHpiou
enqp?v\i ne noTionuj enf>ï p^oTtu oxpoq uoToeinj enta^o u^q eop^i

(-qs-) non ujHpe hjha*. nevTciôv ctoïi ujcjultc npojutne. UT^q se neq^ ut"rs,\p
oht uovvi se ^pv oioîî u^i »Teioe xjlu oen Keo&HOtre eugocvY nevpà. n^-OTOoiy
is.n esooy. Tency ^e n^e^Te eTOTr^xfc xi^pe neTmià. t&omi UTeTUÊ^n-^e9

faisait de grands services. Mais il arriva, un jour, qu'un grand saint de Dieu
arriva près de nous, nommé apa Peschai-ente-Jérémias, qui habitait dans la
montagne de Pekôou, à l'est du fleuve; nous nous baisâmes les uns les autres,
nous priâmes, nous nous assîmes, nous parlâmes des grandeurs de Dieu et
des services des saints. Lorsqu'ils eurent fini de deviser l'un avec l'autre, nous
nous levâmes, nous marchâmes dans la montagne, nous trouvâmes une
•caverne toute remplie de momies qui étaient toutes celles d'idolâtres. Lorsque
les saints y furent arrivés, ils se tinrent debout, ils prièrent sur elles, elles se
levèrent toutes, vivantes, faisant six cents mâles et cinquante-quatre femelles.
Les saints leur dirent : « Quelle est votre affaire? » L'un d'entre eux répondit,
il dit : « Ecoutez-moi, ô saints, afin que je vous raconte notre méchanceté et
notre faute, car nous sommes tous une seule famille, nous qui adorions un
animal nommé le loup, prenant souci de lui en tout temps, lui offrant en
sacrifice de petits enfants qui avaient trois ans. Mais lui, il nous donnait
courage, disant : Faites œuvre ainsi pour moi, et d'autres choses plus mau-
vaises encore que je ne veux pas dire. Maintenant donc, ô mes pères saints,

i. Lisez : AAnoAiTei*.. — 2. Lisez : ^ri^cne^e. — 3. Lisez : rtenoArreiiv. — 4. Lisez : irrepoTOVlo.

— 5. Lisez : ei^CoAoït. — 6. Lisez : eireipe. — 7. Lisez : e-ninoimpia.. — 8. Lisez : Titna.pi.no.u.1^.

— 9. Lisez : iiTeTii&evimre.
loading ...