Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 772
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0300
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
772

E. AMÉUNEAU

liegHKC AATTeTTOU} geOldw^ Oi)vIl'\oOC CCAAHil eÊo'X ilffl HCTiS.l'iMlH jULll »€TJUHTli\

on neujTeKCjoo'y xx\\ iieaeîUWkO^ioîi2 gu)eà.e3 uxe nec^f iioirqe iiiieviM^nH
ncog uj^ gdwg jujl*.^. iiToq nneTOTd^k ci"\^c (-verso-) ju.ii TeqcguuLe &.ir*vl(ôa)
on TeTuiUTg'Wo ees.t<v\e egp^v gu e^H miCTegocy ^too eue jum ujHpe ujoon
ii^-y eiAAHTe nneTOT^^fe ^nà. cmiothA. n^ï •i.e iieqgn ajuitchootcc upoju.n€
eqo iigrno'ï.ï^Koiioc UToq -^.e eiiex neqeioTe euTq egp^i gti oTTïiot? aajliïit-

HOTTÊ AAÏl OTKi\T^CT^CÏC A*ït otjuhtc^fie Cà. nitOTTÉ ^^pj^e Hô^q ttOTCO-

rÇîà. uee îico?V.o*juiMi nujHpe îvx&Tei'*. ïiToq 2k.e Jiequj'a.h'a. ^too neqiiHCTeire ujô.
pcryge unimi- equtHp enm JumioTTe Ainegoo-y uu tctujh ^tco juteqce Hpn
OTfxe JueqoTeiu. ;^q oy^e '\<>v^'y nuj^pe moq ei elio'X ugHTq. ueuj^pe «eqeïOTe
jumeTOis-Oi egOTH epoq gu geu uj^^e «ko^^kï^ ' uni gn conc eiroTriouj eTpeq-
nie-e ' ha.'y ucegOTpeq nu cgsjLte gn otp^juloc ncTJUUioii6 kô.tô. neT ($iç exit).

II

(-3e fol. recto-) jmoii^^oc jutomi e&o"\ ujà. «pesiez eTiury msoeic nuoiTTe

par la bouche de chacun, les pauvres de leur nome les bénissant; en un mot,
leurs aumônes étaient constantes, ainsi que leurs actes de pitié dans les
prisons et les hôtelleries, de sorte que le parfum de leurs aumônes parvint en
une foule de lieux. Mais lui, le saint Silas avec sa femme, ils progressèrent
dans leur vieillesse, montant vers le dernier de leurs jours, et ils n'avaient
point d'enfant, sinon ce saint apa Samuel. Celui-ci était à ses douze ans, et il
était sous-diacre ; comme ses parents l'avaient élevé dans une grande
piété, une institution et une sagesse, et que Dieu lui accordait la sagesse
comme à Salomon, le fils de David, il priait et jeûnait jusqu'au soir chaque
jour, attaché à la maison de Dieu le jour et la nuit, et il ne buvait pas de vin,
ne mangeait pas de chair ni quoi que ce soit d'où avait coulé le sang. Ses
parents le circonvenaient par des paroles de flatterie, afin de le marier avec
une femme dans un mariage convenable selon ce qui est.....[sic exit).

II

« ... .moine dure jusqu'aux générations à venir, le Seigneur Dieu le

t. Lisez : iiTeTAï.ivrpJiA.u.à.0. — 2. Lisez : çjeiio'à.ojçeioit. —
iu'u\. — s- Lisez : eTpeqneioe. — 6. Lisez : ncejumoit.

3. Lisez : gwere. —

4. Lisez : iikoA*.-
loading ...