Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 785
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0313
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DE LA VIE DE SAMUEL DE QALAMOUN

785

tcok ngHT 10 c^juovh'iV. -se neKJuo*y o-yjuo'y ^» ne CT&e ose ^k^- eoo-y junxoeic
ma\x Teqju^à.'y jun^peeuoc qn*^ coo-y u^k gcoton viq^tocy gA. TeKgH uneT-
otô.^ iiôwS iiT^KTiiTooiic1 eneTouoT ctc ne fi^ci<Vioc juu cpH^iopioc 1 (juh)
ceTTHpioc2 juh ^UTcomoc juh ju^k^pioc juh n^gojuo juh ôoiôv ujenoDTTe n^p-
^Him^ïfi>piTHc ' ô,tu) nenpocÇHTHc n^s ht\rthtwihi epocy. h^i xe nTepeq-
•xocy îis"! n^ccte'\oc AqÊicoK egp;\i €Tne ej2o"\giToc>Tq n^n^ cauu.oTfuV. dwcujoone
r^e ïtTepe nenesioT e^nà. cajuoth'A. chkotk enujione ato) uepe OTiioff ngjuoju
&ju&.gT€ juneqcoojuis. HToq ^e equjn g**.OT htju mioTTre atoo eqjue'A.eTJs. eq-
<5ijoujt eJào'.V gHTc HTemicy eTepe rcxoeic n^ujme îiccoq HgHTc. *\oïno\i HTepe
it€CHH«y ha-y epoq se AqeHKOTK (-piiA-) ^qujcjone ATciooTg epoq "xm neimoTi
ujatc neTïicxy evco"\ce<V iu.ju.oq atco uepe imoï eTitgHTO'y juh. HegVXo n&.pA-
k^Aei jujuoq xeKAC eqeTisoTe OTujivxe epocy utc hhottc. ng7V"\o -xe eTOTT^^fc
HTepeqHA-y enuiooiie &.qgpouj cgjp&j e-xooq enegoiro a/yio *2te nequjHpe
aitci jujuoq eTpeqTô^oTe OTuj^'xe epocy htc nnoiTTe jun^TeqfiooK epxTq
junitOTTe ^qgjuooc egpa>i gH otchot^h ^qp tctujh THpc ctauju^'y equj^'xe
njujuô.'y £ju nuj^cse junnoTTe eqTOTHO-yc egp^ï june-5\VocMCJUOc ^q^" tiok

ô Samuel, car ta mort n'est pas une mort; parce que tu as rendu gloire au
Seigneur et à sa mère la Vierge, il te rendra gloire, à toi aussi, il enverra au-
devant de toi les saints dont tu as imité le genre de vie, qui sont Basile, Gré-
goire, Sévère, Antoine, Macaire, Pakhôme et apa Schenoudi, l'archimandrite
et le prophète, ceux auxquels tu t'es rendu semblable. » Lorsque l'ange eut
dit ces paroles, il monta au ciel, quittant apa Samuel. Il arriva, lorsque notre
père apa Samuel se coucha malade et qu'une grosse fièvre avait saisi son
corps, qu'il rendit grâce à Dieu et se mit à méditer, considérant l'heure où le
Seigneur le visiterait. Lorsque les frères virent qu'il était couché et malade,
ils se réunirent près de lui pour le consoler, depuis les plus petits d'entre eux
jusqu'aux plus grands ; et les plus grands d'entre eux avec les vieillards
l'exhortaient à leur dire une parole de Dieu. Mais le vieillard saint, lorsqu'il
vit que la maladie pesait durement sur lui4 et que ses enfants lui demandaient
de leur adresser une parole de Dieu avant qu'il s'en allât devant Dieu, il s'assit
avec zèle, il passa toute cette nuit à parler avec eux la parole de Dieu, à exciter

1. Lisez : t"pHX70pioc. — 2. Lisez : ceimpoc. — 3. Lisez : rt*.p;XLiJUi.e>iv2>>prrHc. — 4. Mot à mot : Que

la maladie était lourde sur lui.
loading ...