Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 791
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0319
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
PANÉGYRIQUE DE MAGA1RE DE TKÔOU

791

ne.....trre ïiko(tk) a.qTooo7m is.qiit.oTTe eneciiH'y THpcy ne-x^q u^-y se ^m^-y

€p.....Tà......OTpO.....t..... T.........'.......................

.....................................e..........................

n*......ite. ne-2£ôvï n(^q na^oeic.....(■*-*■)"■ uj^oa* xi(aaok) e^- (Soxx \\m

(n)e-e itujopn. nexe nccoTHp it*^i ose oo tyenoirre enoireiui Keis.£(e o)« uhhc&
ne^nojf? itoTfoeiuj engn uje \^iTe Jtpojmne (e)Kujoon cm nei(wo)<y jmno"\TTTi^1. . .

itoT se. koo eojpawi ju.(itc)coju.a. ne1.........noo. . .oc.....w n.....ïi.....

nà................k^t.....c.....ko.....op.....uj.....co [sic exit).

II

(-recto-) a€ euj'xe uiaaoh kôv^t T^ei egovu eneTiipne T^utoojTq. ne-s^'y «es.q
■se ^as.is.y. nenpec&TTepoc •à.e cïtsv'y ;s.7rp gOTe «.nôtres ecujim uaaaa&u ^uor ■à.e

^iftcon egoTit xtsi n^enoT \T<?enH ..... eptou -se (€v)ii*>.Q_OT&eïi.....

nTOKcy csuiu etrp osoTooT îipooite. aoioit -^.e enp qTOCY gcocosi. neos^'y n».K
■se neTn&ge goon eç^oim esc neTitAià. nKionc. nTeTncy ^Trfios'o'y e^jm n^eioiT

saint apa Schenoudi fut couché, il se leva, il appela tous les frères et leur dit :

« Jai vu.........................................................

...............................................................»

Je lui dis : « Mon Seigneur, ne peux-tu me donner force comme auparavant?»
Le Sauveur me dit : « O Schenoudi, désires-tu vivre encore après ce grand
temps ? tu es dans cent neuf ans depuis que tu es dans ces grands services. . .

.......................................................» [sic exit).

II

«.....sinon, laissez-moi entrer dans votre temple, afin que je l'examine. »

Ils lui dirent : « Viens. » Mais les deux prêtres eurent peur, ils n'entrèrent
point avec nous ; mais moi, j'allai en dedans, avec mon père. Ils firent hâte,

ils............de nous pour nous tuer.............sur nous, au nombre

de vingt hommes. Et nous, nous étions quatre. Ils nous dirent : « Votre
terme de vie est arrivé2 ; voici le lieu de votre sacrifice. » Aussitôt, ils
se précipitèrent sur mon père comme sur un agneau sans malice : ensuite,

i. Lisez : junoAiTei*..

— 2. C'est-à-dire : Votre mort approche.
loading ...