Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 796
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0324
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
796

E. AMÉLINEAU

mot qui doit se traduire au pluriel par moineau. Le fragment de Mingarelli
concorde avec la traduction memphitique. D'où vient ce changement ? Il est
probable que le traducteur memphitique, ne connaissant pas la signification
du mot thébain, a eu recours au passage du Lévitique où ce mot est employé,
et voyant que la version memphitique avait remplacé le mot thébain par le
mot qui signifie bouc l'a mis aussi à cette place.

II. — AUTRE FRAGMENT DE LA VIE DE PAKHÔME

Ce second fragment ne consiste qu'en quelques lignes qui sont conservées
dans le manuscrit copte de la Bibliothèque Nationale, n° 102, où il occupe le
f° 15. Il y est question de conseils que le fondateur du cénobitisme donne à
l'un de ses enfants, quelque chose comme ceux qu'on trouve dans la vie mem-
phitique à propos de plusieurs faits. Il n'est d'aucune importance et je ne l'ai
mis ici que pour être complet autant que possible.

III. — FRAGMENTS DIVERS DE VIES DE MOINES

Le premier fragment de cette série nous offre les promesses que fait le Sei-
gneur Jésus à un moine qui habitait Tsyté 1 et qui était à son lit de mort. On
chercherait vainement dans les vies de moines ou de cénobites connues un autre
exemple de ces magnifiques promesses, on ne le trouverait pas ; au contraire,
c'est une partie obligée des Actes de martyrs2. Cette anomalie a sa raison
d'être en ceci, à savoir que le moine dont on racontait la vie avait vivement
désiré le martyre qu'il n'avait pu obtenir parce que le temps de la persécution
était passé, ainsi que le fait observer son interlocuteur. Cette particularité n'est
pas la seule remarquable ; le moine dont il s'agit avait un disciple nommé
David, qui, nécessairement, a écrit sa vie, ainsi que les disciples que j'ai men-
tionnés dans l'introduction à ce mémoire. Je n'ai jamais rencontré de résumé
de vie de moine écrite par un disciple de ce moine nommé David, c'est pour-
quoi je n'ai pu l'identifier.

[, Cf. E. Amélineau, Géographie de l'Egypte à l'époque copte, p. 586.
2. Cf. Hyvernat, Les Martyrs de l'Egypte, p. 35, 66, 165, 220, etc.
loading ...