Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 803
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0331
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENT DE LA VIE DE PAKHÔME

803

âjm neTepH'y. TecouLie «xe ^ceï 01 n^ocy ju.ju.oq op^ï on Tecno^" JULmcTic.
ttTepee^iog exi^Te eneqooeiTe nTeTncy ^CT3v<Wo. npiOAJte jumnoTTe
nd^ooiJi ne ^qju.K^£ ngHT nooofs uj«s. egp^i cnjuicy eT&e nô.ï eftoTv.'xe

noiroeiuj ïuajl neqoToonj <sai e-xi eocy eJàoAoïTn npojjue.

neim otkotï *i.e n^eneeTe eaumpHc nTjJîeïmHce ha CHd/y juuulïWïoh
euj^pe nscoT ^e neeneeTe e.TaxiXî*y ei ujà, nennoT no 0^ ncon efio^V'xe nequjfsHp
ne 2viroj my^-xe jumnoifTe eTeuj^qcoTAicy iirooTq iteuj^q'^oo'Y g^ooooq on
eneqju.onà/)£oc •xeKAc eTep o_OTe £HTO*y unouioc iinnoTTe. &tw ^cujujne
nTepe OTcoïi o_n TeqgeneeTe ô^ïti 1 noT-àAaic2 (-ne-) UTooTq ne^^q n^q «se ».
nenenoT »n^ nô^toju. £ion eTocmi eTjuip n^ï efsciiV^e uLn^TeKuinty^ jumoioft.
neTJuiiu.ôw'y '^.r ^q^oniT ^qccon JU.ju.oq -se &axoy jujvpon uj^poq nqT^oe no tofi
epôwTq epoi. neTjuju^'Y a^qoT^q necoq eqo no&ôv eq"\imei -se omteTn»-
ujcone irrepcryei rà.e uj^poq eT*J!>enttHce eireipe nujojunT ncon ^Tge epoq
eqKtoT noTAAà. gut ncoÊT htcootoc. neTjujuôoy ô,qgooii epoq on OTcyumT
necs^q nxq *a.e dwJUCY enecHT niyr^o ep^Tq epoi jun^no&e co n^oooju npeq-
•2£i «î'oTV. npcojue ^e junnoTTe QJp^i gît TeqjunTg^puj o ht juneqoTOûiyii oo"\toc.

femme vint par derrière, dans une grande foi; lorsqu'elle eut seulement touché
ses vêtements, sur l'heure elle fut guérie; mais l'homme de Dieu, apa
Pakhôme était attristé de la chose jusqu'à la mort, à cause de cela, car en tout
temps il ne voulait pas être glorifié par les hommes.

Or, il y avait un petit couvent au sud de Tabennîsô, à environ deux milles,
et le père de ce couvent venait une foule de fois vers notre père parce qu'il était
son ami, et les paroles de Dieu qu'il entendait de lui, il les disait lui-même à
ses moines afin qu'ils craignissent les lois de Dieu. Et il arriva, lorsqu'un
frère de son couvent lui eut demandé un rang4, qu'il lui dit : « Notre père
Pakhôme nous a ordonné de ne pas le faire, parce que tu n'es pas encore digne
de la chose. » Et celui-là se mit en colère, il l'entraîna, disant : « Nous, allons
vers lui, afin qu'il m'établisse la chose. » Et celui-là, il le suivit tout inquiet,
rempli de chagrin, disant : « Qu'arrivera-t-il ? » Et lorsqu'ils furent parvenus
jusqu'à lui, à Tabennîsé, au nombre de trois frères, ils le trouvèrent bâtissant
un endroit dans le mur du couvent. Et celui-là, il s'approcha de lui en colère,
il lui dit : « Descends, établis-moi mon péché, ô Pakhôme le menteur ! »
Mais l'homme de Dieu, dans sa grande mansuétude, ne répondit rien du

1. Lisez : &itci. — 2. Lisez : kott^ic. — 3. Lisez : ots- ne e-mô,ujione. — 4. C'est-à-dire : Une charge.

101
loading ...