Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 807
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0335
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENT DE LA VIE DE PAKHÔME

807

neTîi^HTOY efio<\. &.qoTioju. nnÊnne utn ngô/Xooji*. juuuôvT€. ^tco irreige a^qua^q
neqswT ngcoy cn^y negno uj^nTeqp &t&ojul ^tio xinnccoc ;\qnice n^q
iiotkotï iiooTiy g 11 no«!R eTutim^Y ô^toj HTepeqKdv^q gav pcoq ^qgxiooc
&.qoT0L>iA (-q&-) »©e iutneTepe neqgHT caaout. AAnncuic ^q^cy otkotj nneg
jLineusojT n^gcoui ^quj'\H'\ esioq. nTepe neTjmut^'y •à.e cofiuj d^qT^gcq
nenoT coxo ^quiTOii gA*. np^ii Atncsoeic se ^qfiion eneqxtô, gn cryeipHHH.

Rôvi o^p £en Ke«.HHiye on irr^As'o x nsoeic ^a.'y e&o"\gïTooTq ô.tco ecuj^u-
ujcone on nqujiV.H?V. eau ot;s. €T&e neqoircxda htcta*. nsoeic ua^q AJtneq^ïTHAAô*
iteuteq jtiK^g ïi^ht se xineqcoiTx». epoq ^"Wis. equTÀH'X mroq noToeiuj usa*.

neKOTOouj jLt^pequjume. ^vco ^qgxa.ooc no^-goo'Y &.quj&.<xe juin necnH'y
eqsio auuloc. se utnpjuieeTe eTJae ïit^'A.iS'o iicoixt^TSKOK se geu TdJ\&o ne ^<V\^
itTiv'Xjyo n^ixe ne nT^X^o A*.nn^Tmon egovit enev^-T^ii. OTpoojuie o^p ju.noo'Y
eqo n&TV.'Xe gxi neqgHT e&OiVgn TjmuTpeqiyjLiuje eiscOiV-on ju.nncu>c ncess
uioeïT gHTq gï Tegm jurnsoejc njxnTeqnaoy eko\ ttqcoTïi nenT^qT^jLtesoq
^p^ hottôv'\(?o ôvii ne (-q^1-) nuja«. eneg ax\i otottsm. kcotôv se on eqo

fromages seulement. Et ainsi son père le laissa deux jours sous sa faim,
jusqu'à ce qu'il fût devenu sans force, et ensuite il fit cuire une petite soupe
de.ee pain et, quand il l'eut placée sous sa bouche, il1 s'assit, il mangea à la
manière de quelqu'un dont le cœur est ferme. Ensuite il2 envoya un peu
d'huile à notre père Pakhôme qui pria sur elle, et quand celui-là se fut
endormi, son père le frotta ; il3 fut en repos dans le nom du Seigneur Jésus,
il s'en alla en son lieu en paix.

Car le Seigneur fit par son entremise des foules d'autres guérisons, et, s'il
arrivait aussi qu'il priait sur quelqu'un à cause de son salut4 et que le Sei-
gneur ne lui accordât pas sa demande, il ne s'affligeait pas de ce qu'il n'avait
pas été exaucé, mais en priant en tout temps il disait : « Que ta volonté soit
faite! » Et il s'assit un jour, il parla avec les frères, disant : « Ne pensez pas
au sujet des guérisons corporelles que ce sont des guérisons ; mais les véri-
tables guérisons, ce sont les guérisons spirituelles envers les âmes. Car un
homme qui aujourd'hui est aveugle en son cœur à cause de l'adoration des
idoles, si on le guide ensuite dans la voie du Seigneur jusqu'à ce qu'il voie,
connaisse celui qui l'a créé, n'est-ce pas une guérison éternelle et un salut?

1. Il s'agit du fils. — 2. Il s'agit du père. — 3. 11 s'agit du fils. — 4. 11 faut entendre ce mot au sens
physique.
loading ...