Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 808
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0336
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
8o8

E. AMÉLINEAU

njumo o jul ns'oA enquj&se ô^n gn Taxe ^ttu) nceTOTnoireie>>.Tq1 e&oX crpeq-

juoouje £xx hsik&.ioh «h ovt&.\&o aai ne neweT. rcot^ se on epe neq.....

ujoos'e giA.....iyq nnenToT^H junnoTTe eTrujiaiTcsviie eies/rq eftoTV nqp goofs

en^c^eon ^pis. itoTT^TV^o ^n ne nemeT. ReoTà. se eqo utnopnoc ô^-yco nsa^ci
gHT eTTiy^uTOTnoTeïivTq eTegm jutniono nq«.eTivnoei a*,h othoiî îitj^s'o ô>.k
ne nemeT.

ôvcujoine ■i.e iiovgoo'y epe neneicoT n^ooojm <gi OTrtxooy esegc2 kikmjl epe
eeostopoc £iou>q co&Te nnecnn'Y ^tco juinnccoc js.qei egomi npoTge novgocy
a>.qnosq cttaih 5 ^qnnoTR n&\ nenenoT n^gtojm epe neqcuiA*.^ ne gepo.onT

eeoscopoc eme noTnpHin nqio a^qgo&cq es coq (-qs-) &v<x> nesà.q n^q se qi
n&.ï xïxx&y giscoi ^ttco negoÊcr noTTjutH née nnecnHy THpcy uj;s.nT€ nsoeic
^ nejULTOlt. nToq se ^qejpe rô>.ta. 0e îiTdwqsooc jumnccoc ôoqjLieg Teq<grïs
nfenne ^qcooTrrn epoq eq-sw juuuloc se ^pH-y Rnà.ujoirejuL cnTe se ju.neKOTio.uL
jutneïttà.'y. nToq se JumeqsïTO*y ^Wjs. ^qoTcoujû n^q gn OTitotî nitR^g

Et un autre qui est muet dans le mensonge, qui ne parle pas dans la vérité, si
l'on excite son attention pour le faire marcher dans ce qui est juste, est-ce que
cela aussi n'est pas une guérison? Et un autre encore dont les mains sont
blessées dans la violation des commandements de Dieu, si on excite son
attention, qu'il fasse le bien, qu'il se repente, est-ce que cela aussi n'est pas
une guérison? Et un autre encore qui est fornicateur et orgueilleux, si on
excite son attention vers la voie de vie, est-ce que cela aussi n'est pas une
guérison? »

Il arriva un jour, comme notre père Pakhôme était sur un (canal d')eau à
moissonner les roseaux, que Théodore était (chargé de) préparer à manger
pour les frères. Et ensuite il vint au soir d'un jour, il se jeta sur une natte, il
se coucha, notre père Pakhôme, son corps étant tout froid. Théodore (apporta
un tapis de poils, il l'étendit sur lui et Pakhôme lui dit : « Enlève ce (tapis) de
dessus moi et couvre-moi d'une natte, comme tous les frères, jusqu'à ce que
le Seigneur (me) donne le repos. » Mais lui, il fit selon ce qui lui avait été
dit; ensuite il remplit sa main de dattes, il les lui présenta, disant : « Peut-être
pourras-tu en manger deux, car tu n'as pas mangé à cette heure. » Mais lui,

1. Je crois que ce mot provient d'une faute du copiste qui aurait dû écrire ici et plus bas : §TO-5,iue>.Tq.
— 2. Lisez : ee^c ou eqegc. — 3. Lisez : cottaih.
loading ...