Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 809
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0337
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENT DE LA VIE DE PAKHÔME

809

«£HT enei'à.H epe nçnce îmecnH'y htooth juk neT^pi^1 eTpeuomonojuei
jujuocy is.îion £tooL>ti euespe utneuAJtTon ii^hto^ ecTuni &e Tenoy ^cvre jun-
ttOTTe. ^p*. ^KjueujT hk^'tVTÊe imeciiHy junem^'y «xe jun otou ujume u^htoy
ju.npju.eeye -xe ot^coû en*\;v)(MCTon ne neiiTdvKcooTTu jujuoo'y epoi h^ï ce^p
OTKpsTHC ne mtoTTe eTpequjme kcô». hïju. ô,toj dvqs'co eq^H-x equjonte

ujAUTeqp oooy cu^-y ju- (-qe-) neqoTioju ô^tco ueiy^qTiJùOTm k^t^ ^npHTe
h*joj'\h'\ e£>o'\gAJt neqpcjong^ ii^ht e^oTii enuoTTe £aa neqjue£ ujojuut
<xe ngocY &.qnoTrqjïce2 £ju nujcmte ^qTtooim ^q&oiK ^qoTTtout un ucchh-y
THpo'Y.

à.qiucoHe -^.e ou iiKeoTOJUj £iocTe ïiqxiKô.^ ujà. £P^ï enjucy eftoAgAi neg^to
unôwCKHCJC ôwTOi ^-yxsTq eruu;^ eTepe necnH-y. eTujoone hkotk itgHTq -xen^c
eTfeTjujuoq ïiotkots uotootc gju hjuux eTJUJUô.-y. iieTii necon *^.e gxi i\u.\
eTAt-Ju^-Y eqïtKOTK equjcoue o ooctc îiTe neqccojux THpq p kôvC e£io'\g^ju niocK
junujoone i^Tco neTjuju^'y ne à.q^iTi3 mtecïiH'y eT^ievconei uotkoti en^q
eTpeqoToxtq iiTocy "xe junoTOTcouj e^ tid».q etrosoo mxjuloc -xe nccosiT ô^h ne

il ne les prit pas, il lui répondit dans une grande douleur : « Puisque la souf-
france des frères et leurs besoins sont entre nos mains afin que nous les dis-
pensions, et si nous aussi, nous en faisons notre repos, où est la crainte de
Dieu? Est-ce que tu as inspecté en cette heure les cabanes des frères pour voir
s'il n y a pas en elles de malades? Ne pense pas que ce soient de petites choses
ce que tu m'as présenté, car Dieu est un juge qui scrute en toute chose. » Et il
demeura couché, malade, jusqu'à ce qu'il eût passé deux jours sans manger,
et il se levait à chaque moment pour prier Dieu à cause de l'ardeur de son
cœur envers Dieu; et le troisième jour, il alla mieux, il se leva, il alla, il
mangea avec tous les frères.

Or une fois il fut encore malade de telle sorte qu'il fut triste jusqu'à la
mort, par suite de l'excès de ses ascèses, et on le mena dans le lieu où
étaient couchés les frères, afin qu'on l'y nourrît de quelques légumes. Or il y
avait en ce lieu un autre frère, couché, si malade que son corps était devenu
os par suite de la longueur de la maladie, et celui-là, il demandait aux frères
servants un peu de viande pour la manger; mais eux, ils ne voulurent point
lui en donner, disant : « Ce n'est pas la coutume qu'une chose de cette sorte. »

1. Lisez : iieT^pi*.. — 2. Lisez : 6.qKOTcî>J7e. — 3. Lisez : ei.qe.jTei.
loading ...