Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 816
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0344
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
8r6

E. AMÉLINEAU

'X.a^'y n^niopsT eTôvOivnH umnovTe e^Too utoo'y ^ttoiotc eneTepH'y jur.ju.xTe
«hmior se *v« ne îiT^qK^t^poei xxxxooy h xiTpeT3rto x*Wx nsoesc ne iiT^q-
sooc se enux-y enc\TMuc exqc^e efsoTV^n Tne née novefipHS'e. xhok se
n^ujHpe eieipe xt-nutecre juneo pHTion 1 juLnxnocTo"\oc xisi jumic^nju.^ eopxs
esun oîtR^c eTeTnesï cfito eTejutenKd^ei2 £u t^ckhcïc xirto eTjmep ootc o hto-y
nnetbxnT^cix jLinsixj20<Voc jum neqsdwïjutcon eneisH xiujume née mii^eHT
eisoo hum se jutrune otx ïihtii eTutviT^eoTe3 xtoj nTeTnmcTe-ye «se n^si
&o\ xn. xqru-yXo MOTTgocY enpo utn^iLton^cTHpïon ^tto) ïiTepïeï efsoA ^sn^*y
eoTx equjon eqoTtono ej2o"\ eqsoce ^rauoirq se ïitk kijul. nesxq se
ne ncivrxnxc. nesw nxq se eu- (-%h-) p oy &e JumeuiAX. nesxq hôj se eT&e
oy c€<3"n xpme epo\ ensmsH n^s juuuriono^oc4 jum ne^pHCTi&MOC5 e/rfie o-y
cecxgo'y jutuioï. nesôvï n^q se crfie oy ïitok en-^ o ice u&y. nes^q se iiitMWK
xn ne xXTVx nTocy jut^T^^y neTujTcopTp6 juijuloï miok nxp xïep ^t^oa*. «.h
jutnoTeu} n^i se x hch&€ jumsxse cosen enTHpq xirio ^Kujopiup ïijm.no'Xic
jum^ <Li>\ ti»_i.\'Y s(i)ne nemx*y. . . xin^ cotc jliii.\'Y ovse no*\jc à. ïie^pHc-

« Rien ne me séparera de l'amour de Dieu, » et eux, ils se frappaient les uns
les autres seulement. Ce n'est pas moi qui les rendais inutiles ou qui les faisais
rester, mais c'est le Seigneur qui a dit : « Je voyais Satan tomber du ciel
comme un éclair. » Et moi, mes enfants, me rappelant la parole de l'Apôtre,
je pris l'habit sur moi afin que vous appreniez à ne point être défaillants dans
l'ascèse et à ne point craindre devant les fantômes du diable et de ses démons,
car je suis devenu comme ces insensés en vous disant ces choses, car je ne
vous ai rien dit7 par confiance et vous croyez que je ne mens pas. Un
jour, il frappa à la porte de mon monastère; lorsque je fus sorti, je vis quel-
qu'un de long qui paraissait élevé, je l'interrogeai, disant : « Qui es-tu? » Et
il dit : « Je suis Satan. » Je lui dis : « Que fais-tu en ce lieu? » 11 me dit :
« Pourquoi les moines et les chrétiens m'accusent-ils sans cause? pourquoi
m'injurient-ils? » Je lui dis : « Pourquoi les fais-tu souffrir, toi? » Il me dit :
« Ce n'est pas moi, mais ce sont eux seuls qui me troublent, car moi, je suis
sans force. Est-ce qu'ils n'ont pas crié ceci : Les épées de l'ennemi ont entière-
ment défailli, et tu as troublé les villes? Je n'ai plus un lieu ici à partir de cette
heure, je n'ai point de flèche, ni de ville. Les chrétiens sont en tout lieu, le

i. Lisez : juLireopHTOii. — 2. Lisez : eTeAJietMi^Kei. — -5. Lisez : eoTxiirr^e-OTe. — 4. Lisez : uno-
uô-^oc. — 5. Lisez : ne<xLpjcTi.s.noc. — 6. Lisez : rte CTUjTopTp. — 7. Alot à mot : Je ne vous ai rien placé.
loading ...