Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 818
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0346
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
8i8

E. AMÉLINEAU

uuoc k^(ôw)c egomi jm^(pe)c(vi)^'Y epoi.....n^i «xe.....y \\m oe.....

eôs-qxioy.....toxie ju. . . . oT^ô^fc (q)on.g o^p ïv^j n^oeïc mioTTe neïiTivqujum

epoq îiTev^T^H jutnemeTOT^;si$ exe g ,\o vicon uj^iOTOoiy efiooK egomt ig^poq
ujô^ïcootjui epoq eqgoiuieÀei1 julîi ueToir<s^fi ^ttoo eiu}^UT<x>g(jui) enpo ^Tto
HTô>.'2£UOTfq ■se ïuaa ne nôvï equjivxe wjlijli.xi; h exe otoh g si uecnH'y ei egoim

v

(-jul^-) èvn?V(jOC2 jieqcx>((Ç)e'\e! no-yoït (uijjl) eTÎiHK uj^poq oitu Te^xpic
jmneimis. €TOT2v^& eTngHTq cy ^AAiite o^p Te Tx*.nTpeqTco »\no\^.w g tocTe
uceoTcog epoq juuuiHHïie n&\ hct^- ÂXMXOoy jlcjuliii AAAjLoo'y itôai^€*e.i*à. ajut-
•2s(oïc) evqi gi "xcocy xtnn^gii eTgopuj eq^- e-x^o-y jumuxgk eTgoÀ^ eTe nfnoc
ne eTTÊÊH'Y ïiToq \xe nujooc eTOT\\fc Hequjom Auu.oo'y epoq on othoS noTpoT
itee ngeu excopon eTTimocy juumoo'y ii^q efioAgïTA*. nppo itjmnHTe es.-yco
ueqnu) jutAAoq itav-y egp^ï îicjulot gn g <jo£» hïa*. gn gen uhctsô^ 3 ena.ujooo'Y gn
gen otujh npoesc «g^° ncon gaxrre itqp co npo.ui.ne nc^ neirepH'y JunqftcjûK

voie............................................................

..........................................ou vive le Seigneur Dieu

qui a reçu à lui l'âme de ce saint! car souventes fois j'ai voulu aller vers lui,
je l'ai entendu converser avec les saints, et quand je frappais à la porte et que
je lui demandais : « Qui parlait avec toi? » ou : « Est-ce qu'un frère est
entré » (sic exit).

V

. . . En un mot, il était utile à tous ceux qui allaient vers lui par la grâce de
l'Esprit-Saint qui était en lui, car l'irrigation (?) d'Apollô était telle que chaque
jour s'adjoignaient à lui ceux qui se sont faits eux-mêmes anathème pour le
Seigneur, qui se sont dépouillés du joug pesant, qui se sont revêtus du joug
plein de douceur, c'est-à-dire la vie pure. Et lui, le bon pasteur, il les recevait
à lui dans une grande joie comme des dons qui lui étaient envoyés par le roi
des cieux, et il se proposait à eux comme modèle en toute œuvre, dans des
jeûnes nombreux, dans des nuits de veille souventes fois, de sorte qu'il passa

i. Lisez : eqoojuuAei. — 2. Cod. 129", f° 63. — 3. Lisez : hhctci^.
loading ...