Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 829
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0357
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DIVERS DE VIES DE MOINES

^"xi xiocït ^htcy.....Jvcna^e &e Tency ït(it€îi)eiOT€ eTOT^^fs julu (ne)cHH'y

THpoy eTitjuum(w)t« gxi nueeTe ju.(ne)mid«. £u tt^npo -xe juiu irX^c ihu:tii&-
•^.OKiAA^^e jLtxi.oo'y wtooth -se ceit^OTe ^TeTitcncconcy eTpeT^*i.pi7€ h&i hikt-
ujAh'X eTova^f» ^\iùn *xe H&iKTCop nuM hottc juLnpec&TrTepoc jum ^&.^ôvpi^c
nec^oT^criKOc e^eii cttHy uuul^i uottc kô^ï ^tco ^thr hoht TeTo&oirp
coottk *2£C cy neTcpe 1 TeTOTm^xt eipe xt.ju.oq. CTlae n^s ^cn^e xulaiocy
oujoy ^too uTeTnujiue epoo'y ^cootu c^p ^tht hoht (e)*»** nxi

q.....tu xtnpTpe A(^ô.'y) xtxioo'y co^ï uj^.....fse ntop-s; née .....

xtxtoc ^TV.'Xà. eçg(îse) ceoTeuj co;m o-yuj^f^e) u^i tidttidiTra&.iOH xt^poT^oq e-^su
neTcg^i. TeienïcToÀH &e Tenoy utô>icoa.ï oji ot^o eqs'o'X.n eÊoTv ^tco on
OTCXHJUldk ^n €<:4£Hn c^iKto e-xooc novcqjp^çMC ii^têoo'X e&OiV ctc ïiptuuj'Xh'.Y
eToir^^ft ne ( fin ).

XV

(-ce-) ...... "suicope 2.....ota. ot.....îiT^q à.vo'XïiO'Y çmtxi rinuioT ^ic

epoi. totc nxi^K^pioc ^qriis. pioq ximic*. otrotî "xe nc-^^q ose o^ oh xteu

Saluez donc maintenant nos pères saints et tous les frères qui sont avec vous
dans la pensée de l'Esprit et par la bouche et la langue de ceux qui auront
été éprouvés, car ils sont fidèles et vous les avez choisis afin qu'ils m'accordent
ia grâce de leurs prières saintes ; je compte que Victor, le prêtre pieux et Za-
charie le scholastique, sont des frères pieux, et je suis persuadé que leur
gauche ne connaît pas ce que fait leur droite. C'est pourquoi, saluez-les aussi

et visitez-les, car je sais que je suis persuadé de cela....................

ne laissez personne d'entre eux écrire..................mais s'ils veulent

écrire une chose nécessaire, qu'ils l'ajoutent à ce qui est écrit. Cette lettre donc
maintenant, je vous l'ai écrite à visage découvert, et non dans une forme
cachée, car j'ai mis sur elle un sceau ineffaçable, c'est-à-dire vos prières
saintes {fin).

XV

«.......................par le feu, dis-le-moi. » Alors le bienheureux

se tut; mais après un peu de temps, il dit : « Avant toute chose, il nous faut

t. Lisez : ne CTepe. — 2. Coi. [2913, f" 79.
loading ...