Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 833
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0361
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DIVERS DE VIES DE MOINES

n^q se epe nivoTTe caxoy epoK. neote nppo n<s.q :se ^tcuyrjui exe ;\. Teneeo-
ceAe\tK njoone ^ n^gHT a*k^o Tione. ^qoTooujû n&i neitneTOT^\{> neiu>T necx^q
n^q :se "^iyri gxt.oT MiTOOTq juumoTTe &~$-<jï t^Trcum tctju.vye'Xion1 uj^poq
^qgAiooc g^iTOTii neïineTOva>a£i nenoT nees^q «.nppo 2îe ^ tckjuhitctcc^hc
cRvWei aa.ii.oc j)vce\ ujis. TiMJi\iTe'\dv^iCToc n;\p&. navJLiniy^. nrae nppo nd>.q
•se neguioT xiniioTTe ujHn neTneMJtepe thttii ese no7>^peicTi^noc2 ne.
ôvTco îiîeige ^*iP otiio;? nn^-y eqgxiooc ^\^.th\i equj^exe minuit eJao?V.gn
uecp^rÇH epe necio-yp cut^tcs ii.mu.Aq dwgepà.TO'y eqùjjyxe nuLii^n eûo'A.gn
neo&HTe eT'si egoTn eTnjcric îiopeo^o^oc ô^ttui on ^qp;s. ovnoy (-ciih-) ciitc
eqcviiooc g^THn ^too nTei^e ^q-rcooTn nepe nenjcKonoc eTAin^'y o^thîi
e^qei ococoq etai* niynte umenneTOTd^Ê nevtoT ^qoireo c\^ue n^q ^qiy'A.ii'X
ô^tco tiTepeqoTOJ ^qn^o^Tq egpis.! e^n ne»neTOT£s.*dà nenoT ^q^ nj e*xu>q
nex^q se e-yXocHcon uAh?V. f^ioii ^too à. nenneTOT^^Ê nenoT m esii Teq^ne
ne;x^q ne n^p^^oy ô^Tto ^qnoouje eno*\ ^nii.ooiye n«u\tj ^nenoq efco'X
ujà. npo ô^Tto ^qcdv^coq eojpdvï eqg.tt.ooe à.qqi eièwTq egp^i eTne encoiTjm THpn

te bénisse! » Le roi lui dit : « J'ai entendu dire que la piété était malade,
mon cœur a souffert beaucoup. » Notre saint père répondit, il lui dit : « Je
rends grâces à Dieu. » Et on établit un banc vers lui, il s'assit près de notre
saint père ; il dit au roi : « Ta piété s'est fatiguée, elle est venue jusqu'à ma
petitesse malgré mon indignité5. » Le roi lui dit: « Grâces soient rendues à
Dieu! celui qui ne vous aimerait pas, eh bien! ce ne serait pas un chrétien. »
Et ainsi il passa une grande heure assis près de nous, parlant avec nous des
Écritures, pendant que les eunuques venus avec lui se tenaient debout, par-
lant avec nous des œuvres qui mènent à la foi orthodoxe, et encore il passa
deux heures assis près de nous, et ainsi il se leva; comme cet évêque était
près de tous, se trouvant aussi à rendre visite à notre saint père, il lui or-
donna; il pria4 et quand il eut fini, il se prosterna sur notre saint père, il lui
baisa la tète, il lui dit : « Bénis! prie pour nous. » Et notre saint père baisa sa
tète, il dit : « Accorde5. » Et il sortit, nous sortîmes avec lui, nous l'accompa-
gnâmes jusqu'à la porte du monastère, et il se plaça â l'écart étant assis, il
leva les yeux au ciel, et nous entendions tous, pensant qu'il allait s'en aller,

[. C'est le mot latin : subsellium. — 2. Lisez : noT*)£picTja,noc. — 3. .Mot à mot: En dehors de ma
dignité. — 4. C'est le roi qui commande, l'évêque qui prie, et quand l'évêque a fini, le roi se prosterne.
— 5. Ce doit être l'équivalent du mot arabe actuel : Faddal.
loading ...