Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos: [lu devant l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres, dans sa séance du 29 mai 1896] — Angers, 1896

Seite: 9
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1896/0011
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 9 —

vais fait ouvrir une tranchée de 100 mètres de long qui me
fit découvrir un tombeau de même longueur, chose qui ne
s'était encore jamais vue en Abydos. Pendant que les ouvriers
élaient occupés à déblayer le tombeau d'un grand prêtre
d'Anhour, dieu du nome thinite, nommé Mesmîn, lequel avait
vécu sous le règne de Ramsès II et qui s'était fait construire
un tombeau de cinq chambres souterraines auxquelles on ac-
cédait par un puits profond de 10 mètres, pendant qu'ils trou-
vaient toute une série de bas-reliefs sculptés avec beaucoup
d'art et qui décoraient les murs de la chambre où se faisaient
les réunions de famille pour le culte des ancêtres, j'avais ob-
servé, à environ 16 mètres de distance, le commencement
d'une dépression sablonneuse, parallèle à une butte de décom-
bres qui évidemment n'était pas naturelle. Je voulus savoir
à quoi m'en tenir et j'ordonnai des sondages : les sondages
à 3 mètres n'avaient pas trouvé la montagne et le sable
comblait à chaque instant le travail des ouvriers. La tranchée
que j'ordonnai conduisit à l'extrémité occidentale de la dé-
pression; là, les ouvriers trouvèrent un mur construit en bri-
ques de grandes dimensions, j'ordonnai de suivre ce mur jus-
qu'à la rencontre d'un autre mur qui devait nécessairement
existeret c'estainsi quefut découvertle tombeauque s'étaitfait
construire Aououapta, fils aîné du roi Scheschonq Meriamen,
le premier pharaon de la XXIIe dynastie. Ce tombeau consis-
tait en un long couloir taillé dans la molasse qui constitue le
sous-sol de la nécropole d'Abydos : il avait été taillé à deux
étages afin d'éviter les éboulements et l'étage inférieur seul
avait été revêtu de murs en briques longs d'environ 95 mètres.
L'extrémité orientale avait été taillée en forme de quart de
cercle et non revêtue de briques; au nord, près de celte ex-
trémité, au-dessus de l'endroit où les murs se rapprochant
formaient comme une porte, on avait construit sur le premier
étage une sorte de cabane avec toit ogival, sans doute pour le
ghafir, (gardien) qui devait veiller sur le tombeau. Au bout
de 95 mètres, le couloir débouchait dans une salle en-
tièrement revêtue jadis d'un revêtement de granit rose,

2
loading ...