Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos: [lu devant l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres, dans sa séance du 29 mai 1896] — Angers, 1896

Seite: 32
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1896/0034
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 32 —

était un lieu où se donnait rendez-vous la piété des habitants
d'Abydos, c'est le nombre considérable d'objets votifs trouvés
dans la première butte d'Om-el-Ga'ab, plus de trois cents. Leur
dévotion est si évidente que beaucoup des personnes qui les
ont vus les ont pris pour des objets déposés dans les fonda-
tions d'un temple, à cause de leur petitesse. Ces objets sont
en toutes sortes de matières : ils étaient également, mais non
pas tous, renfermés dans des vases lûtes, ainsi que je J'ai
dit. Je n'en connais d'analogues dans aucun musée que j'aie
visité, au moins pour la plupart. Ils appartiennent évidem-
ment à des époques toutes différentes de celle des tombes.
Aussi n'ai-je pas élé un seul moment tenté de les y rattacher.
Ceux qui n'étaient pas renfermés dans des vases étaient déposés
à même dans le sol. Les vases recueillis ainsi sont de formes
très petites, façonnés à la hâte, sans grande attention et ils ne
devaient pas coûter cher : on s'explique alors aisément qu'on
les ait trouvés en si grand nombre : la piété des fidèles était
obligée de compter avec les ressources de la famille et on
préférait s'en tirer à bon compte. Quelques-uns de ces objets
sont très soignés, notamment les statuettes et la réduction
du petit sarcophage. D'autres sont énormes, notamment la
table d'offrande en granit rose dédiée par le roi Ousorlesen Ier,
le deuxième de la XIIe dynastie, à son père le roi Mentou-
hôtep VI, le dernier roi de la XIe dynastie. Il semble matériel-
lement impossible que les spoliateurs aient transporté cette
table qui pèse plus de 300 kilos de la nécropole de la XIIe dy-
nastie qui est située à au moins 2 kilomètres de l'endroit
où elle a été rencontrée — et d'ailleurs qu'aurait-elle fait dans
cette nécropole du Moyen Empire? elle n'y a pas sa place,
puisqu'elle a été dédiée directement par un roi à un roi qu'il
adopte comme ancêtre et ce dernier ne devait pas être en-
terré à Abydos dont la nécropole ne contient aucune sépulture
décrois de la XIe dynastie. Il faut donc avouer qu'elle est vo-
tive, et elle a ainsi sa place dans un lieu sanctifié par la pré-
sence de ces ancêtres antiques qui viennent d'être décou-
verts.
loading ...